Anti-systèmes ou profiteurs ?

Article de Communisme-Ouvrier n°40 (février 2014), bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ces dernières années, le développement considérable d’internet, des réseaux sociaux et des sites de partage ont permis une prolifération effarante des thèses d’extrême droite, racistes, antisémites et négationnistes.

Profitant de la souffrance et de la frustration générées par la marasme économique capitaliste, certains opportunistes petits bourgeois jouent les pseudo contestataires de l’ordre établit ; se disent « anti-système » en trouvant des bouc émissaires ; les responsables de tout leur problèmes viendraient de quelques minorités : les Maghrébins, les Juifs, les homosexuels, les Rroms…

Pour ces idéologues réactionnaires aux idées courtes, braver l’interdit et falsifier la vérité est avant tout une méthode pour gagner de l’argent facilement en profitant de la misère.

Spectacles, meetings, livres, sites payant, produits dérivés : le commerce de l’ignominie marche à plein régime.

Le tristement célèbre Dieudonné rempli des salles entières et a le culot de demander de l’argent à ses supporters pour payer ses amendes et même ses impôts !

Marine Le Pen critique allègrement l’Europe mais touche près de 10 000€ par mois en tant que député européen (source Europe 1). Elle est aussi issu d’une famille de millionnaires, héritière de la cimenterie Lambert ; dont la fortune a été construite par l’exploitation des travailleurs en grande partie immigrés.

Alain Soral lui aussi vend ses livres et demande des dons, et propose divers achats sur son site internet.

Tout ces infâmes gourous s’engraissent par la haine, la division, la violence et avec leur idées nauséabondes tentent d’empêcher tout rassemblement international de la classe ouvrière.

Créé par la décomposition du système capitaliste le fascisme est fondamentalement anti-ouvrier. Il entraîne la guerre, la destruction, les génocides et la misère de toutes la population. Il n’enrichit que la grande bourgeoisie.

Ceux qui en font l’apologie, qu’ils soient politiciens, journalistes, écrivains ou bouffons ne sont que des sinistres bonimenteurs qui méprisent les travailleurs. Bien installés dans leurs confortables appartements ils peuvent contempler leur méfaits sur internet ou dans les journaux et par la même occasion savourer l’augmentation de leur compte en banque.

Les idées réactionnaires c’est le retour au moyen âge et à la barbarie. Seule la classe ouvrière unie et rassemblée peut permettre un véritable changement de société.

Publicités

Une réponse à “Anti-systèmes ou profiteurs ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s