Archives quotidiennes : 13/02/2014

Tuzla, Zagreb, Skopje : Une seule classe ouvrière, un même combat

Ce jeudi 13 février, un millier de personnes ont manifesté dans les rues de Zagreb (Croatie) pour affirmer leur solidarité avec le soulèvement en Bosnie-Herzégovine et rappeler que c’est un même combat que mènent les ouvriers et les chômeurs à travers les Balkans. Aux cris de « une classe, un combat », les manifestants ont défilé du marché aux fleurs à la Place des Victimes du Fascisme. Mario Iveković, militant syndicaliste, s’est adressé à la foule en scandant : “Proleteri svih zemalja ujedinite se” (Prolétaires de tous les pays, unissez-vous). D’autres slogans proclamaient : « Sortons dans les rues et rejoignons la lutte du peuple de Bosnie-Herzégovine pour la justice sociale ! ». Une militante de l’Action Antifasciste de Zagreb a été arrêtée par les forces de répression.

Zagreb : "Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes"

Zagreb : « Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes »

Lire la suite

Publicités

Espagne – avortement : une loi insensée et inéluctable

Malgré les manifestations en Espagne et les protestations en Europe, le projet de loi criminalisant l’avortement devrait être adopté sans difficulté.

espagne-ivg-2426221-jpg_2084298

Bien malin qui pourra mettre un terme à la très polémique réforme de l’avortement lancée par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Un avant-projet de loi qui prohibe l’IVG (interruption volontaire de grossesse) fait de cette pratique un crime, y compris en cas de malformation du foetus. On croyait que le ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardón allait corriger le tir, après deux manifestations monstres à Madrid début février, les protestations de plusieurs pays européens (dont la France, Marine Le Pen incluse) et les cris d’orfraie de l’ensemble des formations parlementaires espagnoles.  Lire la suite

Afghanistan: protéger les femmes et les filles contre la violence. Ne pas promulguer la nouvelle loi qui ferait reculer les droits des femmes.

afghan_women_in_burqas_250Un projet de loi récemment adopté par le parlement afghan constitue une menace pour la sûreté et la sécurité des femmes et des filles afghanes. S’il est promulgué en loi, les conséquences seraient dévastatrices : viols, passages à tabac et « crimes d’honneur» pourraient être commis en relative impunité, les pères pourraient plus facilement arranger des mariages précoces, les femmes et les filles auraient peu de chance d’obtenir justice en cas de violences. En cas d’agression contre une femme ou une fille de la part d’un membre de sa famille, non seulement la victime ne pourrait pas témoigner contre son agresseur, mais tout autre témoignage d’un proche parent de l’accusé serait également refusé.

« Le fait de réduire les témoins au silence, ce qui inclut non seulement les membres de la famille de l’accusé […] a plus que pour simple conséquence de faire en sorte que ces actes puissent se produire en toute impunité, cela incite également à la violence » a déclaré l’organisation Women for Afghan Women. Lire la suite

Des intermittents occupent le hall du ministère de la Culture

CHOMAGE – Dans le cadre des négociations sur l’assurance-chômage, le Medef souhaite aligner le régime des intermittents sur le régime général…

article_intermittents

Pas question de voir leur statut menacé. Une cinquantaine d’intermittents du spectacle occupaient jeudi en début d’après-midi le hall du ministère de la Culture, rue des Bons enfants à Paris, pour défendre leur statut.

Dans le cadre des négociations sur l’assurance-chômage, le Medef a déclaré vouloir  «rétablir l’équité» entre les demandeurs d’emploi passe par le respect du principe d’«indemnités chômage égales à cotisations égales». Il souhaite donc aligner le régime des intermittents sur le régime général. A charge pour l’État d’assumer le «surcoût du traitement plus favorable» réservé aux intermittent s’il le juge nécessaire «au nom de l’intérêt général», explique le syndicat patronal. Lire la suite

Frappées, voire torturées, les domestiques immigrées de Hong Kong se révoltent

Des milliers de domestiques indonésiennes et philippines manifestent depuis plusieurs semaines à Hong Kong après les graves maltraitances infligées par ses « patrons » à une employée de maison. Elles dénoncent les violences exercées sur ces travailleuses immigrées ainsi que la passivité des autorités. Tandis qu’au Maroc, après des affaires similaires, le Parlement a mis à son agenda une loi pour mieux protéger les « petites bonnes ».

600_260473_vignette_Capture-d-e-cran-2014-02-12-a-17.09.24

De graves blessures aux jambes et le visage gonflé par des hématomes. C’est dans cet état qu’Erwiana Sulistyaningsih, une jeune Indonésienne, est rentrée dans son pays le 10 janvier 2014. Employée pendant huit mois comme domestique à Hong Kong, elle aurait été maltraitée et torturée par sa patronne, une femme de 44 ans, chez qui elle était contrainte de vivre. L’affaire de trop. Des milliers de domestiques, en majorité indonésiennes et philippines, sont descendues dans les rues de Hong Kong pour soutenir la jeune femme. Lire la suite

800 femmes par jour sont mortes en couches en 2010

AFP 12/02/14

Si la mortalité due à la grossesse et à l’accouchement a diminué de 47 % depuis 1990, les inégalités croissantes risquent de remettre en cause les progrès.

sipa-ap-2423767-jpg_2082634

D’après le rapport annuel du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) publié mercredi, les inégalités et les discriminations, particulièrement envers les femmes, sont parmi les principaux obstacles au développement. Ce rapport, qui rassemble des données de 176 pays, fait le point 20 ans après la Conférence internationale sur la population et le développement, qui s’était tenue au Caire en 1994. Lire la suite

Serbie : actions de grève à Vranje et à Krajlevo

Le Courrier des Balkans, 13 février 2014 :

Les travailleurs de l’entreprise publique Jumko à Vranje, dans le sud-est de la Serbie, n’ont pas été payés depuis sept mois. Mercedi, ils ont bloqué l’autoroute Belgrade-Skopje, à hauteur du village de Bresnica, provoquant des embouteillages. À Krajlevo, en Serbie centrale, des travailleurs en grève ont bloqué une voie de chemin de fer. Ils n’ont pas été payés depuis mai 2013.

Le président du syndicat indépendant, Slađan Mitić, a déclaré qu’environ 1.500 travailleurs bloquaient la route. « Ils libéreront le passage une fois qu’ils seront payés, que ce soit par le Premier ministre, le vice-Premier ministre ou le ministre de l’Économie », a-t-il annoncé.

Lire la suite