Les grévistes très déterminés dans les mines d’Afrique du Sud

Les Echos, 11 février 2014 :

Les médiateurs du gouvernement doivent rencontrer syndicats et producteurs en fin de semaine.

Depuis bientôt deux semaines, les mines de platine tournent au ralenti. Entre Rustenburg et Marikana, devant le site de Bathopele exploité par Anglo American, ils sont une petite centaine à manifester ce vendredi après-midi. Tous sont membres du puissant syndicat indépendant Amcu, qui compte 80.000 membres. Parmi eux, Kagiso, mineur depuis neuf ans, vient tous les matins dès 4 h 30 pour exprimer ses revendications. « C’est très simple, nous avons une seule demande : un salaire minimum de 12.500 rands [830 euros], contre 6.300 [420 euros] aujourd’hui. Avec ça, on ne vit pas, on survit », s’exclame-t-il en montrant plus loin les logements de tôle dans lesquels les mineurs vivent. La grève est très suivie, à près de 80 % chez les principaux producteurs.

« Accéder aux demandes d’Amcu dès maintenant est tout simplement irréalisable. Un salaire minimum de 12.500 rands n’est pas envisageable dans un futur proche », estiment les trois principales compagnies minières (Lonmin, Impala et Anglo American). Les négociations sont donc au point mort, même si les médiateurs du gouvernement doivent rencontrer syndicats et producteurs en fin de semaine.

Une réponse à “Les grévistes très déterminés dans les mines d’Afrique du Sud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s