Révolte sociale en Bosnie: des cahiers de doléances sur Facebook

L’Humanité, 10 février 2014 :

Parti d’une manifestation de chômeurs, un mouvement qui traduit un immense ras-le-bol de la précarité, la mal-vie, des privatisations, déferle sur un pays ravagé par les orientations nationalistes et libérales de ses gouvernants. Il s’est développé hors de toute organisation, via les réseaux sociaux.

Tuzla : "Ce n'est pas une manifestation, c'est une révolution"

Tuzla : « Ce n’est pas une manifestation, c’est une révolution »

Bosnie-Herzégovine, correspondance. Le mouvement s’est développé en dehors de tout cadre organisé: les syndicats sont en effet aussi discrédités que les partis politiques. C’est donc sur les réseaux sociaux que s’écrivent les revendications. Facebook est devenu le support de cahiers de doléances, et même de véritables programmes politiques qui s’élaborent de jour en jour.

Déclaration des travailleurs et des citoyens du canton de Tuzla : «La paix et l’ordre public doivent être maintenus grâce à la coopération entre la police et les citoyens, afin d’éviter toute manipulation ; formation d’un gouvernement technique provisoire dans le canton ; annulation de la privatisation des entreprises Dita, Polihem, Poliolhem, Gumara et Konjuh. (…) Le salaire des fonctionnaires et des dirigeants du canton devra être aligné sur celui des ouvriers ; aucun salaire public ou privé ne pourra dépasser les 1 500 marks convertibles (750 euros).»

Revendications des manifestants de Sarajevo : démission de tous les dirigeants du canton de Sarajevo et de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, arrêt des violences et libération des personnes arrêtées. « Quand ces revendications seront satisfaites, nous pourrons commencer des discussions et des actions pour garantir un ordre social plus juste pour toutes les couches de la société, notamment pour tous ceux dont la dignité humaine et les besoins vitaux élémentaires ont été mis en danger par le pillage de la transition, la corruption, le népotisme et la privatisation des ressources communes… »

Revendication des manifestants de Bihac : démission des dirigeants du canton d’Una-Sava, ainsi que des directeurs de toutes les administrations et de toutes les entreprises publiques ; égalisation des salaires des fonctionnaires avec ceux de l’industrie, de sorte que l’écart maximal entre les salaires soit de un à trois ; publication de tous les contrats de privatisation ; fin des privilèges des politiciens, suppression de leurs droits à la retraite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s