Archives quotidiennes : 07/02/2014

Bosnie-Herzégovine : Une révolte contre le chômage, la misère… et le nationalisme

Dans son histoire récente, la population de Bosnie-Herzégovine a particulièrement souffert du nationalisme et de ses atrocités. En juin 2013 déjà, lors de la « révolution des bébés« , les murs du nationalisme s’était fissurés en entraînant dans un même combat Bosniaques, Serbes et Croates. Avec la révolte de Tuzla qui s’étend dans tout le pays, tant dans la Fédération Croato-Musulmane qu’en Republika Srbska, c’est une même colère qui rassemble les ouvriers licenciés, les chômeurs, les travailleurs sans-salaires et autres prolétaires contre le chômage, la misère, mais aussi contre le nationalisme qui divise.

Manifeistation à Banja Luka (Republika Srbska) le 7 février

Manifestation à Banja Luka (Republika Srbska) le 7 février

tuzla3

Graffiti à Tuzla : « Stop au nationalisme ! Stop à la division des citoyens de Bosnie-Herzégovine »

Lire la suite

Manifestations en Bosnie-Herzégovine : ce n’est plus une révolte, c’est la révolution

Troisième jour consécutif de manifestations sociales en Bosnie-Herzégovine. A Tuzla, le bâtiment du gouvernement cantonal a été pris d’assaut et incendié par les manifestants. La ville ressemble à un champ de bataille. La veille, les affrontements qui ont eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre auraient fait quelque 130 blessés, dont 102 policiers et 28 protestataires. Des manifestations ont lieu aujourd’hui dans tout le pays.

Des émeutiers à proximité de la présidence à Sarajevo © Klix.ba

Des émeutiers à proximité de la présidence à Sarajevo © Klix.ba

Lire la suite

Le siège de la présidence à Sarajevo incendiée

Ouest-France, 7 février 2014 :

Des manifestants en colère contre la situation économique en Bosnie ont mis à feu au siège de la présidence à Sarajevo.

Les flammes s’étendaient jusqu’au deuxième étage de cet immeuble qui jouxte celui du gouvernement régional, incendié peu auparavant par les protestataires.

Dans la journée, des manifestants ont également saccagé et incendié l’immeuble abritant l’administration régionale à Tuzla, dans le nord-est du pays.

Afrique du Sud : la répression fait un mort près d’une mine de platine en grève

AFP, 7 février 2014 :

Des heurts avec la police et des vigiles privés dans une localité minière proche d’un site d’American Platinum (Amplats), premier producteur mondial de platine, ont fait un mort vendredi en Afrique du Sud, a-t-on appris de source policière.

Selon la police, leurs agents ont répliqué après avoir été agressés alors qu’ils enquêtaient sur des fumées provenant des résidences de mineurs à Northam, une localité du Limpopo voisine du bassin minier de Rustenburg où environ 80.000 mineurs font grève depuis le 23 janvier.

Lire la suite

Vidéo : Colère des ouvriers et des chômeurs à Tuzla

Nouvelle journée de protestation à Tuzla, principale ville industrielle de Bosnie-Herzégovine, où ouvriers licenciés et jeunes chômeurs manifestent contre la bourgeoisie maffieuse et le gouvernement à son service. Selon RIA Novosti, on comptait jusqu’à 13.000 manifestants ce vendredi 7 février. Le gouvernement local a été pris d’assaut et incendié sous les applaudissements de la population.

Bosnie-Herzégovine : La population attaque les bâtiments du pouvoir dans plusieurs villes

Belga, 7 février 2014 :

Des manifestations contre la pauvreté et le chômage ont tourné à l’émeute vendredi en Bosnie, où des manifestants ont saccagé les sièges des administrations régionales à Tuzla (nord-est) et à Sarajevo.

Bâtiment du gouvernement à Tuzla, 7 février. Sur le mur on peut lire "Ostavke svi ! Smrt nacionalizmu !" (Qu'ils dégagent tous ! Mort au nationalisme !)

Bâtiment du gouvernement à Tuzla, 7 février. Sur le mur on peut lire : »Ostavke svi !
Smrt nacionalizmu ! »
(Qu’ils dégagent tous ! Mort au nationalisme !)

Ces manifestations, pour la troisième journée consécutive, sont d’une ampleur sans précédent dans cette ex-république yougoslave qui, il y a trente ans jour pour jour, accueillait les Jeux olympiques d’hiver.

Elles illustrent l’exaspération de la population face à une classe politique engluée dans des querelles politiciennes et incapable de redresser une économie sinistrée, depuis la fin de la guerre intercommunautaire de 1992-95.

Lire la suite

Manifestation devant le siège d’Airbus Group à Toulouse

Agence Info Libre, 7 février 2014 :

Les salariés d’Astrium Toulouse ont manifesté, ce jeudi 6 février 2014, devant le siège d’Airbus Group (ex-EADS) afin de protester contre le plan de suppressions d’emplois du groupe.

Selon les estimations de la police et de l’intersyndicale (CFE-CGC, CFDT, CGT, FO, CFTC), environ 1 700 personnes ont défilé en début d’après-midi à Blagnac, dans la banlieue toulousaine.

Kosovo : une quinzaine de blessés lors de la manifestation d’étudiants

La Voix de la Russie, 7 février 2014 :

Cinq policiers et une dizaine d’étudiants ont été blessés jeudi à Pristina lorsque la police a dispersé à coups de matraque et de gaz irritants une manifestation d’étudiants réclamant la démission du recteur de leur université, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Les étudiants, empêchés par la police de pénétrer dans le bâtiment de l’Université de la capitale, ont jeté des pierres contre les unité anti-émeute qui protégeaient les entrées du campus, selon le journaliste.

Lire la suite

Brésil: manifestation contre la hausse du prix des transports

L’Express, 7 février 2014 :

Une manifestation contre la hausse du prix du ticket de bus à Rio de Janeiro a dégénéré en affrontements entre manifestants et policiers. Les incidents ont éclaté quand les policiers ont chargé pour évacuer la grande gare de Rio, Central do Brasil, qui avait été envahie par au moins un millier de manifestants.

Après La Valette, les postiers de La Seyne en grève illimitée

Var Matin, 7 février 2014 :

Les postiers du bureau des Plaines ont entamé un mouvement de grève illimité ce vendredi matin, pour protester contre la suppression de six postes de facteurs, qui va entraîner une réorganisation des tournées, et donc, une surcharge de travail, selon le syndicat CGT Fapt.

Ce vendredi matin, une cinquantaine de facteurs seynois grévistes était rassemblée devant le bureau des Plaines. Ils ont été rejoints par une quinzaine de collègues Valettois, en grève depuis dix jours pour protester également contre la suppression de quatre tournées sur leur secteur. Les facteurs valettois, qui ont obtenu qu’une expertise sur les risques psychosociaux par rapport à la réorganistaion soit déclenchée, avait eux décidé de reprendre le travail ce vendredi matin. Mais selon Hervé Gennarino, secrétaire général de la CGT Fapt, « la direction a refusé de négocier les conditions de reprise, à savoir l’étalement du prélèvement des jours de grève ». Les facteurs Valettois sont donc toujours en arrêt de travail ce jour.