Les syndicalistes turcs devant leurs juges…

Labourstart, 31 janvier 2014 :

Un jeudi matin frisquet à la fin de Janvier, je me trouvais à l’entrée d’un bâtiment ultramoderne qui ressemblait exactement à un centre commercial ou un hôtel. Un immense atrium, verre miroir partout, il a certainement été conçu par les architectes ayant des ambitions. Le bâtiment était le palais de justice principal dans le centre d’Istanbul – le plus grand palais de justice, nous dit-on, de toute l’Europe.

J’étais là pour assister à l’ouverture du procès de 56 membres de KESK, le syndicat turc des travailleurs du secteur public. Les membres de la KESK sont accusés d’appartenance à une organisation illégale, et faire de la propagande pour cette organisation. Une poignée d’entre eux ont été accusés d’être des dirigeants de l’organisation.

L’organisation à laquelle ils sont accusés d’appartenir est le Devrimci Halk Partisi Kurtuluş – Cephesi (DHKP- C ) – Libération Parti-Front populaire révolutionnaire – qui, depuis plus de trois décennies, a mené une lutte armée contre l’Etat turc. Le DHKP- C est considéré comme une organisation terroriste non seulement par le gouvernement turc, mais aussi par l’Union européenne et les États-Unis.

Le 1er Février 2013, l’organisation a réalisé un attentat suicide à l’ambassade américaine à Ankara, tuant une personne, en plus de l’attaquant et faisant trois blessés.

Quelques jours plus tard, la police turque a lancé des raids à travers le visant des bureaux de KESK – un syndicat farouchement indépendant qui a contesté les politiques du gouvernement Erdogan dans un certain nombre de domaines, notamment l’éducation.

Il n’existe aucun lien prouvé entre l’un des accusés de KESK et le DHKP- C. Selon le syndicat, leurs membres sont accusés à tort et leur seul crime réel est la défense militante des membres de KESK contre l’attaque en cours par le gouvernement.

Après les arrestations, à la demande des syndicats mondiaux et européens, LabourStart a lancé une campagne en ligne qui a généré près de 13 000 messages de protestation.

Quelques 167 militants de KESK ont été arrêtés, la plupart libérés par la suite, et 56 d’entre eux sont en attente de jugement. De ce nombre, 29 ont été détenus en prison depuis presque un an.

Naturellement leurs familles, des dirigeants syndicaux, des journalistes et d’autres voulaient assister à l’ouverture du procès. Mais le tribunal a décidé de le tenir dans l’une des plus petites chambres disponibles, entassant des dizaines de personnes, obligeant un grand nombre à se tenir debout dans une salle étouffante, sans aération.

Les trois juges ont confirmé l’identité des prévenus et permis aux défendeurs un par un à exposer leurs arguments. La première était uns maîtresse d’école qui a longuement parlé de l’histoire du mouvement syndical turc, écrasé d’abord par la dictature militaire dans les années 1980 et maintenant à nouveau par le gouvernement Erdogan. Le président l’interrompit, demandant combien de temps elle allait continuer car il voulait faire une pause. « Tant que j’ai besoin » répondit-elle « J’ai beaucoup à dire ».

Son discours s’est terminé par des applaudissements enthousiastes de l’auditoire, où assistait une délégation syndicale d’un certain nombre de pays européens. Pendant la pause, les syndicalistes ont rejoint des centaines de membres de KESK à une manifestation sur la place en face du palais de justice.

Bien que les manifestants aient scandé des slogans tels que « A bas le fascisme », la Turquie n’est clairement pas un Etat fasciste. (Les états fascistes ne permettent pas de manifestations de ce type).

Mais la Turquie est un état qui reconnaît peu de droits internationalement reconnus des travailleurs, et ne permettra pas des fonctionnaires, par exemple, d’avoir une convention collective.

Le procès à Istanbul fait partie d’une série plus large de procès qui comprennent quelque 500 membres de KESK.

Il n’est pas question que le gouvernement Erdogan tente de briser le syndicat en emprisonnant ses dirigeants. Comme l’un des leaders de l’Union européenne l’a dit, c’est une tentative de « décapiter » la gênante KESK.

Ces tentatives, comme ceux qui les ont précédés, ont été ignorés par les médias traditionnels. En Turquie, c’est à prévoir, comme les médias sont sous l’emprise de l’AKP d’Erdogan. Mais peu de journalistes en Europe et ailleurs ont montré un intérêt dans ces événements. Apparemment, à moins que le sang ne coule dans les rues – comme il l’a fait au printemps dernier sur la place Taksim et au parc Gezi – la Turquie intéresse peu de monde.

Une réponse à “Les syndicalistes turcs devant leurs juges…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s