Groupama: les salariés ne veulent pas de queues de cerises

L’Est Eclair, 17 janvier 2014 :

Ce jeudi après-midi, une cinquantaine de salariés de Groupama Nord-Est ont fait grève devant les marches de la maison de l’agriculture, à Troyes.

« Les cerises en grève », indique une pancarte, « Entre la queue et le noyau, c’est vrai qu’on a le choix », proclame une autre… Ce jeudi après-midi, une cinquantaine des 120 salariés que Groupama Nord-Est compte dans l’Aube étaient en grève pour protester contre les propositions de la direction en termes de revalorisation salariale. Alors que l’intersyndicale réclame une augmentation de 845 € bruts par an, ils ont reçu une proposition de 250 € bruts assortie d’une baisse de la cotisation de complémentaire santé de 1 €.

« Une porte de sortie »

Selon Éric Chenet, délégué syndical central CFDT de Groupama Nord-Est, cette proposition a suscité « la colère et l’indignation » des salariés : « Si le dialogue social doit avoir du sens, il doit avoir du sens au moment des négociations salariales. Les merci, les c’est très bien ce que vous faites, ça n’a qu’un temps. »

Le mouvement de grève, décidé début janvier par l’intersyndicale, s’étendait hier à toutes les structures de Groupama Nord-Est (Lille, Arras, Reims et Troyes). Pour Éric Chenet, « il existe une porte de sortie. » Le syndicaliste réclame l’ouverture de nouvelles négociations. « On peut trouver un accord, mais est-ce qu’il y a une vraie volonté de la direction ? »

70 % de parts de marché

À la direction de Groupama Nord-Est, on « prend acte du mouvement de grève », tout en notant que l’accord de revalorisation salariale avait été signé « dans d’autres caisses régionales ». Le mouvement des salariés intervient donc dans « un processus qui a démarré au dernier trimestre 2013 », et qui devait donner lieu à la signature d’un accord à Reims le 7 janvier. La direction n’a cependant annoncé « aucune mesure unilatérale », laissant ainsi la porte ouverte à de futures négociations.

Depuis 2010, l’assureur principal du monde agricole (70 % de parts de marchés chez les agriculteurs) n’était pas au mieux de sa forme, et affichait même des pertes de plus de 1,7 milliard d’euros en 2011, et de 589 millions d’euros en 2012. Le groupe a cependant renoué avec les bénéfices au premier semestre 2013 (187 millions d’euros). Le résultat de la caisse régionale sera communiqué à le 17 avril. Si « l’exercice est satisfaisant », il y aura un intéressement.

Une réponse à “Groupama: les salariés ne veulent pas de queues de cerises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s