Libercourt : la grève se termine par une victoire à la Foir’Fouille

La Voix du Nord, 9 janvier 2014 :

En grève depuis le 18 décembre, six salariés de l’entrepôt de la Foir’Fouille à Libercourt ont décidé d’arrêter leur mouvement ce jeudi. Ils ont obtenu gain de cause sur plusieurs revendications.

ls reprennent le travail ce vendredi après 23 jours de conflit. Les grévistes de la centrale logistique de la Foir’Fouille ont décidé jeudi d’arrêter leur mouvement. Une grève reconductible qu’ils avaient entamé le 18 décembre à l’entrepôt de Libercourt. Initialement huit grévistes de la CGT, ils n’étaient plus que six à participer à ce premier conflit social dans l’histoire de l’entreprise. La faute, notamment, à la défection d’Alain Kuik, délégué CGT du site.

« Aujourd’hui, c’est quand même une victoire », se félicite Christine, qui tenait chaque jour le piquet de grève, rejoint par plusieurs autres salariés CGT venus de toute la région. Après un long bras de fer avec la direction du groupe, basée près de Montpellier, les protestataires ont en effet obtenu gain de cause sur plusieurs revendications.

Les jours de grèves de janvier seront payés

L’ouverture des Négociations annuelles obligatoires (NAO) de 2014 permettra la création d’un comité d’entreprise et, « normalement », précise Christine, des augmentations de salaires. Les 25 salariés de la Foir’Fouille, grévistes comme non-grévistes, toucheront par ailleurs une prime. Pour tous, ce sera la même somme : 350 euros brut. Les grévistes verront aussi leurs jours de grèves du mois de janvier payés par leur entreprise.

Un ultime geste de la direction pour sortir d’un conflit qui impactait de plus en plus sérieusement le groupe. Depuis le début de la grève, aucun camion ne pouvait entrer ou sortir de l’entrepôt. « Cette grève va avoir des répercussions. Le préjudice est très lourd et il va falloir reconstruire », s’inquiète le président du directoire de la Foir’Fouille, Ivan Rapoport. « Je regrette que ce conflit ait duré aussi longtemps. On aurait pu arriver à ce résultat dès le départ », estime-t-il tout en se disant « satisfait » de la fin de la grève. Pour le patron de l’entreprise tout a été fait pour que cet épisode laisse le moins de traces. « Je voulais que les grévistes reviennent avec un état d’esprit positif, car certains connaissent des vrais baisses de salaires », observe-t-il.

« Ce conflit a permis de mettre en place des choses qui seront utiles à l’avenir, notamment un dialogue avec l’Inspection du travail. Désormais, la direction sait à qui elle s’adresse », estime de son côté Christine, qui a beaucoup appris de son premier mouvement social. Aux côtés de ses camarades, l’ancienne gréviste est fière de s’être battue pour « tous les salariés ». « On va rentrer dans l’entreprise plus forts qu’avant », se réjouit-elle. Et de glisser à l’adresse des non-grévistes : « On attend un grand merci ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s