Grève à la Foir’Fouille : le conflit n’est pas prêt de s’éteindre à Libercourt

La Voix du Nord, 6 janvier 2014 :

Les grévistes de la Foir’Fouille ont entamé lundi leur dix-huitième jour de grève. Aucune avancée ne semble se dessiner.

Une épaisse fumée noire est toujours visible à proximité de la Zone industrielle du Parc à Stock, à Libercourt. C’est ici que les six grévistes CGT de la centrale logistique de la Foir’Fouille tiennent leur piquet de grève depuis le 18 décembre.

Si le conflit s’éternise, quelques changements étaient toutefois perceptibles lundi. Présente sans toutefois intervenir, la police a maintenant disparu. Alors que les camions se rendaient jusqu’à présent à Libercourt pour tenter – en vain – d’approvisionner les 200 magasins desservis par l’entrepôt dans toute la France, plus aucun camion ne se trouvait lundi devant les barricades de fortune installées par les grévistes à l’entrée du site.

Les salariés en grève veillent au grain. Depuis vendredi, ils sont désormais présents dès 6 heures du matin. « La direction a tenté de faire venir les camions tôt le matin pour effectuer les livraisons », explique Christine, l’une des six grévistes de la Foir’Fouille.

De plus en plus de dons pour les grévistes

Des deux côtés, c’est l’incompréhension qui domine. « Ivan Rapoport (le président du directoire de la Foir’Fouille) a laissé pourrir le conflit et il ne sait pas comment s’en sortir », déplore Eric, un salarié de la Cegelec de Wasquehal, dans le Nord. « Avec la présence d’un huissier et de plusieurs vigiles, ce conflit lui coûte bien plus que ce que les salariés demandent », estime pour sa part René, salarié à Cargill du site d’Haubourdin, dans le Nord, et par ailleurs conseiller municipal PCF d’Annœullin.

« Je ne comprends pas que l’Inspection du travail ne se bouge pas pour le personnel de l’entreprise. On attend des nouvelles de leur part », lance pour sa part Pascal Humez, délégué CGT à Artois Comm .

Un conflit parti pour perdurer. Et pour cause : des dons affluent de toute la région, et même au-delà, alors que l’Union départementale CGT a ouvert une cagnotte pour les grévistes de la Foir’Fouille. « Ces dons nous aident beaucoup pour tenir », concède David Bigotte, délégué syndical CGT de l’entrepôt.

« Tant qu’Ivan Rapoport ne fera pas un geste vers nous, on continuera notre mouvement », déclare Christine, alors qu’une sono diffuse de la musique. Dont le célèbre tube d’HK et les Saltimbanks… « On ne lâche rien ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s