Archives mensuelles : janvier 2014

Le Mans : Débrayage à la Sauvegarde, lundi matin

Ouest France, 31 janvier 2014 :

La CGT invite les salariés de l’association Sauvegarde Mayenne-Sarthe à débrayer, lundi 3 février.

Débrayage à la Sauvegarde Mayenne-Sarthe en juillet 2012

L’association Sauvegarde Mayenne-Sarthe (450 salariés) intervient dans la protection de l’enfance : enquêtes, aides éducatives au bénéfice des familles, maisons d’enfants, internat d’actions éducatives, prévention et formation des jeunes.

Lire la suite

Sita Ouest : Le site de Bouguenais paralysé par la grève

Ouest France, 31 janvier 2014 :

Pas de ramassage des poubelles dans l’agglo sud aujourd’hui. La quasi totalité des salariés de Sita Ouest sont en grève.

Mouvement de grève très suivi, vendredi, chez Sita Ouest à Bouguenais. Ce site, qui emploie 34 salariés et qui s’occupe de la collecte des ordures ménagères dans tout le sud de l’agglomération, est quasiment paralysé. 33 salariés sont en grève : ils veulent une augmentation de salaire. « Nous demandions une augmentation de 60 € brut par mois, nous étions prêts à négocier jusqu’au 50 €. La direction nous répond 23 € brut par mois. Ce n’est pas possible. »

Lire la suite

Après les 5 de Roanne, voila les 4 du Havre !

UL CGT Le Havre :

Les attaques contre la CGT fusent de toute part !!!!! Après les 5 de Roanne, voila les 4 du Havre !!!

En effet, suite à la plainte d’un huissier de justice venu provoquer les salariés et les syndicalistes Cégétistes lors d’un conflit, nos 2 secrétaires généraux (Jacques et Reynald) sont convoqués au Tribunal Correctionnel le 21 Février prochain !!

Lire la suite

Grève bien suivie chez Hutchinson à Joué-lès-Tours

La Nouvelle République, 31 janvier 2014 :

Le site industriel Hutchinson de Joué-lès-Tours a fonctionné au ralenti, hier, en raison d’une grève décidée dans le cadre des négociations salariales. « La direction nous a proposé 0 % d’augmentation individuelle pour les salaires inférieurs à 2.500 € bruts et une prime de 120 €, explique Ildefonso Benitez, délégué syndical FO, participant aux négociations. Quand nous avons expliqué ça aux salariés, lundi, ils ont spontanément choisi la grève parmi les solutions qu’on leur proposait. » Un mouvement d’humeur en réaction à ce qui passe pour une provocation. « Aucune augmentation alors que l’entreprise fait des bénéfices ! En vingt-sept ans je n’ai jamais vu ça », souligne un salarié. Le mouvement est mené en intersyndicale par FO, la CGT et la CFDT.

Fabricant de transmissions en caoutchouc pour l’automobile, le site de Joué-lès-Tours tourne bien, avec 600 salariés et des intérimaires. On y fait rarement grève. « En 2013, l’entreprise a fait 330 millions d’euros de bénéfices, souligne un syndicaliste. C’est un record depuis 2009 ! » Mobilisé, le personnel était dehors, près de la sortie de l’usine. Celle-ci n’est pas bloquée et les camions circulaient. Le site fonctionne en 3 x 8 et l’équipe de nuit devait aussi suivre le mouvement. « Les employés des bureaux et des cadres nous suivent aussi, il n’y a pas que la production », constatait hier matin un gréviste.

Lire la suite

Châteauroux : La moitié des salariés d’Andritz en grève

La Nouvelle République, 31 janvier 2014 :

Près de 80 salariés de l’entreprise de fabrication de centrifugeuses ont débrayé, hier, suite à l’annonce d’un plan social concernant 26 postes.

L’entreprise Andritz secouée par un mouvement social ? Une situation presque exceptionnelle. En effet, la dernière grève, pour le licenciement de treize personnes, remonte à 1993.

« Nous n’avons pas l’habitude de débrayer tous les trois ou quatre matins. Nous ne sommes pas réputés pour cela », lance un salarié. Pourtant, ils étaient soixante-quinze, hier matin, à former un solide piquet de grève, devant l’entrée de leur entreprise de conception et de fabrication de centrifugeuses.

Lire la suite

Mory Ducros : une nuit avec le piquet de grève à Longvic

Le Bien Public, 31 janvier 2014 :

Si le site Mory Ducros de Longvic, 59 salariés, va être sauvé par Arcole Industries, les salariés ont fait grève durant deux nuits… pour les huit licenciés de Côte-d’Or, et par solidarité avec leurs collègues de toute la France.

Dans l’entrepôt, qui a habituellement des allures de ruche, seulement trois personnes s’échinent à préparer des palettes, mercredi soir. Deux chefs et un autre homme… Les 17 autres salariés de l’équipe de nuit de Mory Ducros, à Longvic, sont devant les grilles. Un camion arrive. « Je te laisse rentrer, mais tu promets que tu repars à vide », lance un salarié au chauffeur, qui n’a pas été dérouté par sa direction. « Pas de souci les gars, je respecte votre combat. » Il passe le portail, orné de deux drapeaux de la CGT, qui flottent dans la nuit noire. Il repartira d’ailleurs quelques minutes plus tard. Avec sa remorque. Ce sera le seul camion de la nuit. Les autres avaient été prévenus et dirigés vers Lons-le-Saunier, chez un prestataire extérieur.

Lire la suite

Grève chez Maersk Tankers France

Le Journal de la Marine Marchande, 31 janvier 2014 :

Les salariés de Maersk Tankers France, dont la fermeture a été programmée pour fin 2014 par le groupe danois, devraient être en grève à partir du 31 janvier. Les syndicats réclament une amélioration du PSE.

Les organisations syndicales CFE CGC, CFDT et Fomm UGICT CGT ont lancé un appel à la grève auprès du personnel sédentaire et navigant de Maersk Tankers France, à compter du 31 janvier 2014.

Un appel soutenu par les salariés avec un vote favorable de la majorité des navigants présents sur les quatre navires de la division française du groupe danois A.P. Møller-Maersk.

Lire la suite

Afrique du Sud. Les mineurs de platine poursuivent la grève

De Sibongile KHUMALO (AFP), 30/01/20014,

Marikana (Afrique du Sud) — La grève chez les trois premiers producteurs mondiaux de platine en Afrique du Sud est entrée jeudi dans sa deuxième semaine, les mineurs ayant rejeté une offre patronale d’augmentation salariale étalée sur trois ans.

Des mineurs manifestent après avoir rejeté l'offre patronale d'augmentation, à Marikana, le 30 janvier 2014 (AFP, Alexander Joe)

Des mineurs manifestent après avoir rejeté l’offre patronale d’augmentation, à Marikana, le 30 janvier 2014 (AFP, Alexander Joe)

« Cette offre est inacceptable. Nous avons été mandatés pour retourner à la table de négociations. (…) Pour l’instant la grève continue », a déclaré Reuben Lesejane, secrétaire du syndicat dominant Amcu sur un puits de Lonmin, le numéro trois mondial.

Rassemblés dans un stade à Marikana, le site d’exploitation de Lonmin où 34 d’entre eux avaient été massacrés par la police en 2012, les mineurs ont accueilli par des huées la présentation de l’offre patronale, faite par leurs délégués syndicaux.

Puis la foule a repris en choeur le slogan « Asiyi »: « Nous n’y retournons pas » (à la mine). Lire la suite

Tract et rendez-vous de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le 1er février

L’Initiative Communiste-Ouvrière appelle à se mobiliser et à participer aux manifestations du 1er février pour le droit à l’IVG et à la contraception, en Espagne comme partout dans le monde (voir le communiqué).

IcoIvg

Télécharger le tract en PDF : tract_ivg

Quelques rendez-vous où seront présents des militants de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

– Besançon : 15h30 Place Pasteur, puis à 19h00 devant le supermarché « Casino » de la rue de Vesoul contre les groupuscules intégristes « Civitas » et « Fraternité Saint-Pie-X. »

– Bordeaux : 14h00 devant le Grand Théâtre – Place de la Comédie

Lire la suite

Solidarité internationale avec les femmes espagnoles. Succès de la manifestation du 29 janvier à Bruxelles!

manif-ivg-1

Mercredi 29 janvier, dès 17h, les manifestant-e-s se sont rassemblés face à l’ambassade espagnole à Bruxelles en réponse à l’appel lancé par la plateforme Abortionright.eu. Rapidement, nous étions près de 2.000 à nous diriger vers le Parlement européen dans un cortège largement pluraliste et aux accents internationaux. Beaucoup de citoyen-ne-s belges et espagnol-e-s, pas mal de travailleurs et parlementaires européens. Parmi les nombreux drapeaux, on comptait bien sûr ceux des associations féministes et des centres de planning familial, mais aussi des syndicats (plus discrets) et des organisations politiques, de la gauche radicale jusqu’aux partis gouvernementaux qu’on voit si rarement dans les rues!  L’objectif fédérateur: soutenir les femmes mobilisées en Espagne contre le projet de loi qui, s’il est voté, renverra la plupart de celles qui veulent avorter vers la clandestinité, avec tous les risques que ça implique.

Ce projet de loi choque bien au-delà des milieux féministes, et c’est tant mieux! Une mobilisation d’ampleur est en effet nécessaire dans un contexte où les attaques au droit à la contraception et à l’avortement se concrétisent de plus en plus à travers des réformes rétrogrades adoptées par plusieurs gouvernements en Europe (voir notre précédent article ici). Il y avait clairement consensus parmi les manifestants de mercredi sur l’ampleur des menaces ainsi que sur la nécessité de stopper les reculs, tels que celui proposé en Espagne qui nous ramènerait plus de trente ans en arrière. Par contre, dans un cortège si hétéroclite, les divergences se marquaient davantage à propos des revendications à avancer et des moyens envisagés pour y parvenir. Lire la suite