Corée du Sud : Fin de la grève des cheminots

Yonhap, 30 décembre 2013 :

La grève de trois semaines de milliers de cheminots a pris fin aujourd’hui après l’annonce par les principaux partis politiques de la création d’un sous-comité parlementaire destiné à empêcher la privatisation du secteur ferroviaire.

Le syndicat de Korea Railroad Corp. (KORAIL) a fait savoir que ses syndiqués reprendront le travail demain matin à 11 heures. Quelque 8.700 cheminots avaient entamé une grève le 9 décembre pour protester contre le projet de création d’une filiale de KORAIL pour administrer la nouvelle ligne de trains à grande vitesse partant de Suseo. Les syndiqués voient dans la création de cette filiale un signe avant-coureur à la privatisation de l’entreprise.

Le gouvernement a réassuré a plusieurs reprises qu’il n’a pas l’intention de privatiser le secteur ferroviaire et a promis de révoquer le permis de la filiale si une de ses parts est vendue au secteur privé. Le syndicat reste sceptique malgré les réassurances du gouvernement. «Les syndiqués continueront à protester la décision du gouvernement après la reprise du travail», a déclaré le chef du syndicat de KORAIL Kim Myung-hwan lors d’une conférence de presse.

La création du sous-comité vise à empêcher une éventuelle privatisation de la filiale KTX Suseo et souligne la volonté du gouvernement d’apaiser les craintes à ce sujet. La mise en place de ce sous-comité a fourni une porte de sortie au syndicat face à l’attitude intransigeante de la direction de KORAIL malgré les perturbations engendrées par la grève.

Ce «sous-comité sur le développement du secteur ferroviaire» sera composé de huit députés du parti Saenuri et du parti Démocrate, le principal parti de l’opposition, ont fait savoir des officiels. Le député Kang Seok-ho du parti Saenuri sera à la tête de ce comité qui se réunira pour la première fois demain matin. Le président de KORAIL Choi Yeon-hye devrait également participer à cette première réunion.

La police et les procureurs ont indiqué qu’ils continueront leurs poursuites contre les chefs du syndicat pour avoir organisé cette grève «illégale». Kim et plusieurs dirigeants du syndicat se sont réfugiés au temple bouddhiste Jogye dans le centre de Séoul après l’émission de mandats d’arrêt à leur encontre pour avoir ignoré l’assignation à comparaître des procureurs.

«Nous arrêterons le chef du syndicat de KORAIL Kim dès qu’il sortira», a dit un responsable de la police. Les procureurs ont par ailleurs réaffirmé que les responsables de la grève devront faire face à la justice. «Les auteurs de ces actes illégaux seront tenus pour responsables malgré l’arrêt de la grève», a déclaré un procureur du Bureau suprême des procureurs de la République.

Le syndicat de KORAIL a précisé que ses dirigeants ne sont pas prêts à répondre aux appels de la police. «La question de l’apparition volontaire du chef du syndicat de KORAIL devant la police n’a pas été discutée pour l’instant», a affirmé un représentant anonyme du syndicat.

La plus longue grève de cheminots dans l’histoire du pays a provoqué de nombreuses perturbations sur le réseau ferroviaire, affectant entre autres la circulation des trains à grande vitesse, des trains de marchandises et des métros. KORAIL s’était vue forcée de réduire à environ 24% de la normale la circulation de ses trains de voyageurs pendant plus d’une semaine, selon l’entreprise. Le volume journalier de fret durant la grève représentait lui 30% en moyenne du volume normal.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s