L’état américain du Michigan invente «  l’assurance viol »

Cet État a adopté 
une loi interdisant 
le remboursement 
des frais d’avortement, même en cas de viol 
ou d’inceste, sauf « garantie spéciale ». 

stopwaronwomen

«War on Women ! » La « guerre aux femmes » a fait rage durant la dernière campagne présidentielle aux États-Unis, où les conservateurs, flanqués de leurs acolytes des lobbies « pro-vie », s’acharnent contre le droit à l’avortement. Dans l’État du Michigan, les républicains ont franchi la ligne rouge. Faute de pouvoir interdire l’IVG, les sénateurs ont adopté, le 11 décembre, une loi interdisant aux mutuelles et compagnies d’assurances de prendre en charge les avortements, y compris en cas de viol ou d’inceste, sauf si la vie de la victime est en danger ! Les femmes qui souhaitent être prises en charge pour cet acte devront donc souscrire à une garantie IVG. Autrement dit, elles sont contraintes d’anticiper un éventuel viol, et qui plus est de financer ses conséquences (sic).

Le gouverneur républicain du Michigan et les sénateurs démocrates se sont opposés à cette législation qui a soulevé un tollé. Très remontée, la sénatrice démocrate Gretchen Whitmer l’a baptisée « assurance viol », outrageant, semble-t-il, l’orthodoxie des réactionnaires adeptes du goupillon. Elle s’en explique. « Pour ceux qui se disent consternés par (cette) expression, ils devraient être encore plus choqués par le fait qu’elle soit absolument adaptée à ce que cette loi laisse transparaître. Cela implique que les femmes victimes de viols ou qui tombent enceintes aient souscrit une assurance spéciale prévoyant les faits. En soutenant cette initiative, les républicains exigent des femmes du Michigan qu’elles prévoient psychologiquement et financièrement la possibilité d’être violées ou d’avoir une grossesse non désirée. Pire encore, cela implique pour les parents qu’ils envisagent cette éventualité pour leurs propres filles. Je l’ai déjà dit et je le répète : c’est de loin l’une des propositions les plus misogynes que j’aie jamais vues à l’Assemblée législative du Michigan », a rapporté le Huffington Post.

Cette charge contre le droit des femmes est signée Right to Life Michigan, une pathétique association anti-IVG, qui a recueilli plus de 300 000 signatures pour porter cette pétition dite citoyenne à l’Assemblée. Pour convaincre ses pairs, la parlementaire Gretchen Whitmer a révélé avoir été violée lorsqu’elle était étudiante. « Si à l’époque, il y avait eu cette loi, et que j’étais tombée enceinte, je n’aurais pas eu de couverture maladie. N’est-ce pas complètement extrême ? Jusqu’où doit-on aller ? » a-t-elle interpellé. En 2011 déjà, la Chambre des représentants et le Sénat du Michigan avaient décidé d’interdire l’avortement par naissance partielle. « L’assurance viol », qui entrera en vigueur en mars 2014, est déjà appliquée dans huit autres États. La guerre est plus que déclarée.

http://www.humanite.fr/monde/l-etat-americain-du-michigan-invente-l-assurance-v-555532

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s