À Lille, les cheminots «séquestrent» la directrice de la SNCF pour obtenir des négociations

La Voix du Nord, 20 décembre 2013 :

Voilà plus de huit jours à présent que les agents de conduite valenciennois de la SNCF sont en grève. Un mouvement qui est monté en puissance aujourd’hui.

Alors que se tenait le comité d’établissement des cheminots du Nord -Pas-de-Calais, ce jeudi matin à la direction régionale de la SNCF, les grévistes de Valenciennes ont fait irruption dans la séance plénière, accompagnés d’agents des guichets de la métropole lilloise. Ils ont interpellé la directrice régionale de la SNCF, Odile Fagot, avant de l’empêcher de quitter la salle, durant quelques heures. Une « séquestration » qui aura abouti à l’ouverture de négociations qui se sont prolongées jusque tard ce jeudi soir.

« On était près de quatre-vingt, même si tout le monde n’a pas pu rentrer dans la salle », indique Bruno Wallart, secrétaire général CGT des cheminots de Lille, avant de dénoncer que « les cheminots de Valenciennes n’ont eu aucun interlocuteur en huit jours de grève. Mais c’est « un coup de fil du directeur de la conduite, mercredi, pour nous dire qu’il allait lâcher quelque chose de ridicule par rapport à nos revendications qui a mis le feu aux poudres ». D’où cette décision de « maintenir la directrice dans les locaux. Cela a duré quelques heures », poursuit le représentant syndical. Quelques heures durant lesquelles « la directrice et les organisations syndicales ont continué à discuter, indique Pascal Vanseveren, l’agent d’astreinte à la communication de la SNCF, qui espère « sortir au plus vite de ce conflit. À deux reprises, ils l’ont empêché de sortir de la salle. Mais tout au long de cet événement, on a continué à discuter. »

Des discussions articulées principalement sur deux points : « la déshumanisation des gares avec les fermetures de guichet, reprend Bruno Wallart. Et le bras de fer sur l’emploi et les conditions de travail des agents de conduite. » Les agents de conduite de Valenciennes dénoncent la nouvelle organisation du travail mise en place pour 2014. « On ne demande pas d’amélioration, mais de maintenir les conditions actuelles, de rester, en 2014, sur le même cadre que le service de 2013. On demande aux agents plus de productivité, ils font déjà des journées de 11 heures. » Et d’estimer que 240 000 €, c’est ce que permettrait d’économiser les nouveaux roulements de service, pour ce qui est du dépôt de Valenciennes. « C’est peut-être ce que perd la SNCF chaque jour, depuis le début de la grève, reprend le syndicaliste, pour qui « il y a une volonté de pourrir le conflit en le laissant s’éterniser ».

Une porte de sortie aura-t-elle été trouvée ce jeudi soir ? Les négociations étaient encore en cours à 19 heures. « Selon les résultats de la négociation, on aura encore un train sur deux sur la ligne Lille-Valenciennes aujourd’hui, avec 80 % de grévistes », conclut le syndicaliste, qui a déjà relevé « des petits incidents de sécurité liés à ces cadences trop élevées ».

Une réponse à “À Lille, les cheminots «séquestrent» la directrice de la SNCF pour obtenir des négociations

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s