À Béthune, des salariés apprennent leur licenciement par SMS

« Un coup de massue. » Pour les douze salariés de Discopar, dans la zone Actipolis à Fouquières-lez-Béthune, le jeudi 28 novembre n’aurait pu être plus noir.

Depuis le 28 novembre, les grilles du magasin de Fouquières-lez-Béthune restent obstinément baissées.

Depuis le 28 novembre, les grilles du magasin de Fouquières-lez-Béthune restent obstinément baissées.

« À 15 h j’étais joignable, à 16 h c’était fini. »

Résumé de la situation par Jonathan, commercial pour ce grossiste en produits pour salons de coiffure et d’esthétique. Il sortait d’un rendez-vous avec un client quand il a reçu un SMS de la gérante. « Elle me disait de rentrer, qu’on fermait. » Sans plus de cérémonie. Ceux des salariés qui se trouvaient au magasin mère (une antenne arrageoise a fermé cet automne, restait un autre magasin à Calais) ont entendu la nouvelle de la bouche de Delphine Lesur. « On devait finir avec les derniers clients et baisser les grilles », soupire une vendeuse de longue date dans l’entreprise.

« On a été jeté… »

Le personnel avait bien senti des difficultés mais ne s’attendait pas à un tel couperet. Sans que quiconque ne soit mis au courant, Discopar a été déclaré en cessation de paiement le 19 novembre, puis en liquidation le 27. Trop tard semble-t-il pour le redressement judiciaire au regard du passif, même si personne n’a eu accès aux chiffres. « On aurait pu trouver un repreneur », se désole Mathieu, dans la boîte depuis 14 ans. Fondée en 1948 à Béthune, Discopar avait été rachetée il y a six ans. L’équipe avait migré depuis deux ans dans un bâtiment sorti de terre. Raison pour laquelle les salariés voulaient espérer en dépit de l’annonce, cet automne, de quatre licenciements économiques.

Désormais, ils mettent en cause la gérante, « des erreurs de gestion et des dépenses à tout-va, un logiciel informatique fonctionnant mal et un site Web coûteux mais inutile pour nos clients… » Entre colère et déception, ils commencent à chercher un nouvel emploi. « On a été jeté comme des malpropres… » Une employée a trouvé un poste chez un concurrent, les autres vont se battre, entre crédits à rembourser et fêtes de fin d’année au goût amer.

http://www.lavoixdunord.fr/region/a-bethune-des-salaries-apprennent-leur-licenciement-par-sms-ia0b0n1777845

Une réponse à “À Béthune, des salariés apprennent leur licenciement par SMS

  1. aubert lucien

    toujours plus loin dans le capitalisme destructeur, je soutiens ces travailleuses qui vont se battre et demandez des comptes .
    l’interdiction des licenciements oui, l’ouverture des comptes oui, la lutte et le combat pour qu’enfin les travailleurs disent leurs colères dans un mouvement de grande ampleur.
    lucien

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s