La grève continue chez les ripeurs de l’entreprise COVED

Après des négociations, vendredi après-midi à Flers-en-Escrebieux, syndicats et direction de la COVED n’ont pas pu se mettre d’accord. Le mouvement de grève, entamé en début de semaine, se poursuivrait donc lundi.

1

« Les voilà » ! Devant le siège régional de la COVED, zone des Prés Loribes à Flers-en-Escrebieux, les pneus, combustible réservé aux piquets de grève, étaient attendus de pied ferme, vendredi. Histoire de montrer à la direction de l’entreprise, spécialisée dans la collecte des ordures ménagères, que les salariés qui ont stoppé le travail depuis mardi à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFTC, étaient déterminés (notre édition du 4 décembre). « On a deux axes prioritaires : la prime qualité de service, car l’entreprise a les moyens de la payer, et l’évolution du coefficient sur le critère de l’ancienneté », rappelait Belaïd Habri, délégué syndical central de l’US CGT COVED.

2

Les grévistes, venus des différents sites de la région, pointaient aussi des inégalités de traitement entre les salariés selon les sites d’exploitation, une pénibilité du métier non reconnue« On a une espérance de vie inférieure de 17 ans à la moyenne » – et un dialogue social insatisfaisant. « On se rend compte que l’ancienneté est donnée à la tête. On a aussi réclamé une pointeuse, pour éviter que nos fiches de pointage ne soient rectifiées à la main par les chefs », confie Patrice Duquesnoy. Le délégué syndical central CFTC pour COVED poursuit : « Nous sommes désolés de la gêne occasionnée pour les usagers, mais si on ne nous entend pas, on reconduira le mouvement »

Hier après-midi, le piquet de grève des salariés de COVED était installé en face du siège régional de l’entreprise, aux Prés Loribes.

Hier après-midi, le piquet de grève des salariés de COVED était installé en face du siège régional de l’entreprise, aux Prés Loribes.

Près de 500 000 personnes seraient concernées par l’absence de collecte, dans le Valenciennois, le bassin d’Hénin-Carvin et le Douaisis. « À Oignies, on a 90 % de grévistes. Et Orchies est à l’arrêt. Par contre, à Waziers, ça tourne, détaillait Patrice Duquesnoy. On a reçu le soutien de certains élus, à Hénin, Saint-Amand et du président du Symideme. »

Vendredi, en milieu d’après-midi, une délégation a été reçue par la direction en vue de négociations. Un coup dans l’eau car les discussions se sont soldées sur un échec. Le mouvement se poursuivra donc lundi et pourrait d’ailleurs même se durcir d’après les syndicats.

http://www.lavoixdunord.fr/region/la-greve-continue-chez-les-ripeurs-de-l-entreprise-coved-ia16b12110n1755304

Une réponse à “La grève continue chez les ripeurs de l’entreprise COVED

  1. A reblogué ceci sur cftcafd.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s