Roubaix: la grève du personnel infirmier des urgences s’amplifie

Le préavis de grève du personnel infirmier des urgences courait jusqu’au 10 décembre. Un nouveau a été déposé, jusqu’au 26 décembre, et il couvre cette fois-ci tout le personnel du centre hospitalier. C’est la conséquence de l’absence d’avancée dans le conflit qui touche les urgences depuis une semaine et demie à l’hôpital Victor-Provo.

La grève du personnel infirmier des urgences va s’élargir à l’ensemble des agents de l’hôpital.

La grève du personnel infirmier des urgences va s’élargir à l’ensemble des agents de l’hôpital.

« Suite à nos demandes, la direction a bien voulu entrouvrir sa porte », observe Denis Leroy, le délégué FO au centre hospitalier. Une rencontre a ainsi eu lieu hier avec la direction des ressources humaines (la directrice, Marie-Christine Paul, étant absente) et le nouveau coordinateur général des soins. Une délégation de quatre personnels infirmiers y participait. « La discussion a été stérile ; elle s’est cantonnée à de l’organisationnel, déplore Denis Leroy. Que l’on parle de l’organisation avec les cadres, les aides soignants, les infirmiers et les médecins, d’accord. Mais il ne fallait pas parler que de cela ! On sent de toute évidence que le coordinateur des soins, qui a débarqué récemment de l’ARS (agence régionale de santé), est à la botte de la direction. Il ne veut rien lâcher sur les embauches. »

Et pourtant, aux yeux de FO, les besoins sont clairs. Le délégué FO cite une étude de Samu de France, qui sur la base d’un ratio entre le nombre d’entrées et le nombre de personnels établit le manque d’aides soignants et d’infirmiers à 12 ou 13 temps pleins. Sachant que les seules 5 000 heures supplémentaires équivalent à trois postes. « On nous dit que si l’on met du personnel aux urgences, on doit le prendre à d’autres services. Nous refusons ce chantage ! » La direction de l’hôpital observe pour sa part que « l’absentéisme du personnel paramédical aux urgences est effectivement actuellement élevé, mais 83 % des arrêts infirmiers et 76 % des arrêts aides-soignants ont pu être compensés, sans compter les nombreux postes redéployés par les autres services de l’hôpital. ». Par ailleurs, elle estime que « la comparaison avec d’autres établissements ne montre pas de sous-effectif aux urgences de Roubaix ».

Une nouvelle rencontre demandée

C’est la raison pour laquelle le syndicat a déposé un nouveau préavis de grève, ce vendredi. Il débutera le 10 décembre (à la fin du précédent) et se prolongera jusqu’au 26 décembre à 20 h. « C’est regrettable », assure Denis Leroy qui justifie l’élargissement du mot d’ordre par la dégradation générale de la situation des services de l’hôpital et la souffrance du personnel. Il met aussi en garde : « la direction a cinq jours pour nous rencontrer ».

Pour le syndicaliste, ce mouvement qui touche les urgences est « un grand classique » car, depuis la mise en place des nouvelles urgences, cinq réorganisations se sont succédé, sans effet. « C’est un constat d’échec. » La direction, sur ce point, a un regard qui rejoint presque celui de FO. « Le malaise évoqué par le personnel des urgences vient de réorganisations successives réalisées pour mieux s’adapter à l’évolution du flux des patients. Il a été décidé de mettre autour de la table l’ensemble des parties prenantes pour évaluer et améliorer l’organisation en tenant compte des contraintes de chacun. »

http://www.lavoixdunord.fr/region/roubaix-la-greve-du-personnel-infirmier-des-urgences-ia24b58797n1755017

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s