Poursuite de la grève à la COVED

Le mouvement de protestation des salariés de l’entreprise va certainement se poursuivre lundi. Le ramassage des ordures dans plusieurs communes de la Pévèle, dont Templeuve, devrait être à nouveau perturbé.

52042964_B971565554Z.1_20131207181527_000_GFC1KE3G5.1-0 (1)

En grève depuis mardi, les salariés de la COVED, l’entreprise en charge de la collecte des déchets dans le Valenciennois, le Douaisis et le bassin d’Hénin-Carvin, ne baissent pas la garde, motivés par l’échec (partiel) des négociations entre l’intersyndicale CGT-CFTC et la direction, vendredi après-midi à Flers-en-Escrebieux. Si « 90 % des demandes opérationnelles ont été validées », selon Claude Fournel, le directeur de la COVED pour le Nord, la Normandie et l’Île de France, « il y a deux points bloquants, sur lesquels les organisations syndicales n’ont pas accepté de négocier ». Il s’agit de l’évolution des coefficients d’ancienneté et de la prime qualité de service. Or d’après Claude Fournel, « ces deux points relèvent de la convention collective ». Ainsi, à propos des coefficients, il affirme : « il n’est pas de notre autorité de changer unilatéralement les choses ». Le sujet, aurait pu, assure-t-il, être mis à l’ordre du jour de la commission sociale du SNAD (Syndicat national des activités du déchet) ce lundi à Paris.

Quant à la prime qualité de service, en vigueur chez COVED dans d’autres régions, elle nécessiterait pour être appliquée dans le Nord – Pas-de-Calais, une discussion préalable entre élus, salariés et direction. En effet, la direction ne peut, seule, s’engager dans cette voie car cela équivaudrait, pour l’entreprise, à amender unilatéralement les contrats de ramassage des ordures ménagères conclus avec les communes. « Pourquoi pas réfléchir de façon tripartite avec les élus, les salariés et la direction à la façon dont on pourrait construire une charte de qualité et, si on trouve un accord, on fera un avenant aux contrats et des primes pourront être versées aux salariés », propose Claude Fournel.

Déterminés, les grévistes dénoncent « un dialogue de sourds » avec la direction : « La réunion était un copier-coller de celle de lundi », s’agace Belaïd Habri, délégué syndical central de l’US CGT COVED. Ils entendent « bloquer les dépôts (1) » lundi et l’assurent, par la voix de Roger Cyburski, de l’union locale CGT de Denain : « Le conflit entre dans le dur. »

De nouvelles perturbations dans le ramassage des ordures sont donc à attendre. Et alors que Roger Cyburski annonce « 90 % de gréviste », Claude Fournel évalue ce taux à « 40 % jusqu’à jeudi, 35 % vendredi », avec trois sites particulièrement touchés : Orchies, Oignies et, dans une moindre mesure, Douchy. Le directeur de la COVED indique encore : « Il ne peut pas y avoir de blocage de dépôt, c’est complètement illégal. »

1. Douchy-les-Mines, Raismes, Orchies, Waziers, Oignies, Rumaucourt, Caudry

http://www.lavoixdunord.fr/region/poursuite-de-la-greve-a-la-coved-ia28b0n1757676

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s