Grèce : manifestations en mémoire d’un lycéen tué par la police en 2008

ATHENES – Des milliers de lycéens, étudiants et syndicalistes ainsi que des militants de gauche ont manifesté vendredi à Athènes et à Salonique (nord) pour commémorer la mort d’un adolescent tué par la police il y a cinq ans dans la capitale.

photo-1286795348401-3-0
En marge des manifestations, des escarmouches ont eu lieu entre des groupes de jeunes et des policiers, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser.

Le décès d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, tué par un policier le 6 décembre 2008 à Exarchia, quartier qui est fréquemment le théâtre de manifestations contestataires, avait déclenché des troubles urbains inédits en Grèce, marquant le début de la crise sociale et économique qui allait ébranler le pays un an plus tard avec la crise de la dette.A Athènes et Salonique, deux manifestations distinctes ont eu lieu, la première en fin de matinée à l’appel des syndicats et des lycéens, et la seconde dans la soirée à l’initiative par des partis et groupes de gauche. Elles étaient encadrées par d’importantes forces anti-émeute.

Celle du matin a rassemblé environ 2.000 personnes selon la police, et 5.000 selon les organisateurs. Les lycéens, parmi lesquels de nombreux cagoulés, scandaient des slogans hostiles aux policiers: Flics, cons, assassins et Nos larmes raniment la colère. 

A la fin de la manifestation, environ 300 jeunes ont jeté des bouteilles d’eau, des pierres et des objets contre les forces de l’ordre qui ont répondu en tirant des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, selon un journaliste de l’AFP.

Une dizaine de personnes ont été arrêtées, selon une source policière. Deux journalistes photographes, un Belge et un Grec, ont été interpellés avant d’être relâchés, selon la même source.

Les manifestants brandissaient des banderoles antifascistes à la mémoire du militant antifasciste Pavlos Fyssas, tué en septembre par un membre du parti néonazi Aube dorée, un meurtre qui a choqué le pays et a poussé les autorités à déclencher une offensive judiciaire et policière contre ce parti, soupçonné de nombreuses violences, surtout contre des migrants.

A Salonique, deuxième ville grecque dans le Nord, près de 800 personnes ont défilé en fin matinée également dans le centre-ville et les manifestants ont décidé symboliquement de se diriger vers le cimetière où auront lieu dans l’après-midi les obsèques d’une jeune fille de 13 ans qui avait trouvé la mort lundi, intoxiquée par les émanations d’un brasero allumé par sa mère, chômeuse, pour chauffer leur appartement, faute d’électricité.

La seconde manifestation à Athènes dans la soirée a rassemblé près d’un millier des personnes, qui ont défilé dans le centre d’Athènes.

Les manifestants ont scandé des slogans contre les politiques d’austérité, qui se poursuivent pour la quatrième année consécutive. Leurs politiques assassinent, La seule voie est le renversement du gouvernement, proclamaient les banderoles.

Après la manifestation, un groupe de jeunes rassemblés dans le quartier d’Exarchia, ont jeté des cocktails Molotov et des pierres contre des policiers, qui ont tiré des gaz lacrymogènes, selon les médias locaux.

A Salonique, dans la soirée, un groupe de jeunes a mis le feu à des poubelles et les policiers ont répondu en jetant des grenades assourdissantes, selon une source policière locale.

http://www.romandie.com/news/n/_Grece_manifestations_en_memoire_d_un_lyceen_tue_par_la_police_en_200818061220131942.asp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s