Ardèche : Mobilisation à l’hôpital de Moze

Le Dauphiné Libéré, 1 décembre 2013 :

La neige et la burle n’ont pas refroidi les salariés de l’hôpital de Moze, vendredi après-midi. Sur les 130 employés, une bonne moitié a débrayé entre 14 et 14 h 30 heures devant l’établissement puis 30 minutes lors d’une assemblée générale du personnel. C’est la CGT locale qui appelait à la grève. « Notre volonté était d’informer officiellement les salariés sur la situation de l’hôpital avant de réfléchir ensemble à un projet pour éviter la catastrophe », informe David Banchet, délégué syndical CGT.

Les craintes concernent les soins de suite et de réadaptation dits SSR. Ce service, destiné aux patients en convalescence, est menacé depuis le 24 octobre. À cette date, l’Agence régionale de santé (ARS) a refusé le projet d’établissement proposé par le Groupement de coopération Vivarais-Lignon qui réunit l’hôpital de Moze de Saint-Agrève et celui des Genêts du Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire.

L’ARS préférerait que Moze construise son avenir en Ardèche avec les hôpitaux locaux de Lamastre et du Cheylard. Quitte à faire déménager de Moze ce service…

60 emplois menacés ?

« Après avoir perdu le bloc opératoire et la maternité, coup sur coup (2004 et 2008 NDLR), je comprends les incertitudes des salariés », confiait, hier, le directeur du groupement, et donc de Moze, Jean-Claude Vollory.

Pour le syndicaliste David Banchet, l’inquiétude se chiffre : « Si on perd le service SSR, ce sont 60 emplois qui sont menacés et qui risquent d’impacter d’autres emplois en médecine ou à la cantine. »

Mais au lieu de broyer du noir, les employés ont pris en main leur destin en lançant une pétition sur internet 1. En une journée, pas moins de 464 internautes ont déjà signé “SOS hôpital en détresse”.

En outre, une réunion publique 2 doit servir, mercredi, à impliquer la population du Pays de Saint-Agrève. Si l’hôpital ferme, les habitants du secteur devront se rendre en Haute-Loire ou au Cheylard.

Sur le plateau ardéchois, les habitants veulent sauver leur hôpital tandis que les élus sont, pour le moment, discrets. « On a vraiment l’impression d’être seuls, constate David Banchet de la CGT. Les collectivités ne doivent pas nous abandonner. Ce n’est pas le moment de tergiverser. »

1 : petitions24.net/signatures/ sauvons-lhopital-de_moze

2 : réunion publique, mercredi 4 décembre, à 20 heures, salle Fernand-Roux à Saint-Agrève.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s