Montbard : les salariés de Valti en grève

Le Bien Public, 21 novembre 2013 :

Montbard (21) : Alors que les négociations annuelles étaient en cours à Valti, une grève a été lancée. Les salariés réclament des augmentations décentes.

Depuis mardi après-midi, les salariés de Valti sont en grève. En pleines négociations annuelles, ils estiment insuffisants les pourparlers. « C’est du chantage à la signature », dénoncent Emmanuel Brulard, de la CFDT, et Sébastien Bucquoy, de la CGT.

Si l’année dernière, les négociations s’étaient déroulées sans grève, cette fois-ci, les salariés expriment leur ras-le-bol. « L’an passé, le contexte était différent, il y avait moins de commandes. Mais là, il faut arrêter ! Le chiffre d’affaires du groupe Vallourec est en augmentation de 2,8 %. Et ce sont les mêmes qui en profitent : les actionnaires », poursuivent-ils. « On veut une augmentation qui soit décente et qui soit au moins au niveau de l’inflation. Et on veut une baisse des inégalités entre le collège des ouvriers et l’Atam [collège situé entre les ouvriers et les cadres] », indique Emmanuel Brulard.

« C’est du chantage à la signature »

Parmi les revendications communes de la CFDT et de la CGT : l’équivalent d’un 13e mois qui passerait par « la valorisation de la prime de fin d’exercice que l’on touche en fin d’année ».

La CGT demande aussi le déblocage de l’ancienneté dès la première année, l’augmentation de 1 % au-dessus de 15 ans… et un salaire minimum brut de 1 700 €. Et d’exiger « une harmonisation vers le haut » entre les différents sites du groupe. « Tous les ans, nous sommes obligés de nous asseoir sur ces revendications. Là, on dit stop ! Nous ne voulons pas moins que l’année dernière », assènent les délégués syndicaux.

Ce mercredi avait lieu la dernière réunion des négociations. Insatisfaisantes pour les délégués syndicaux et les salariés, qui devaient poursuivre la grève. « La direction refuse l’équivalent du 13e mois. Elle estime que le boulot doit reprendre ce mercredi (hier, ndlr) à 13 heures, et que l’accord doit être signé », explique Emmanuel Brulard. « La direction propose une augmentation générale et en individuel trop minime, tout comme les primes », poursuit-il. « C’est du chantage. C’est une pratique récurrente. Si on signe, on a ça ; si on ne signe pas, on a moins. Mais, on ne signe pas ce genre d’accord », lance Sébastien Bucquoy.

Vers 12 h 15, une rencontre a eu lieu entre les salariés et la direction. Chacun défendant ses propositions et revendications.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s