Archives quotidiennes : 20/11/2013

Grève H&M du Bourget: la direction de nouveau déboutée en référé

AFP, 20 novembre 2013 :

Le juge des référés du tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a de nouveau débouté mercredi le groupe de prêt-à-porter H&M de sa demande de « faire cesser le blocage » de son entrepôt du Bourget par des grévistes, entamé le 5 novembre. Le groupe a été débouté de sa première demande vendredi, mais est revenu à la charge mardi en assignant 9 salariés, dont six pour la seconde fois, leur reprochant de maintenir un piquet de grève « qui porte atteinte à la liberté du commerce et de l’industrie ».Dans une audience en référé, mercredi matin, l’avocat du géant suédois des textiles, Me Jean Martinez a soutenu que « le blocage assumé et revendiqué par des meneurs (…) ne peut pas perdurer sans mettre en cause la liberté d’industrie ».

Il a dénoncé à cet égard « des manœuvres renouvelées, avec des moyens nouveaux, des entraves physiques et humaines de cette entreprise qui n’arrive plus à alimenter 67 magasins en France sous enseigne H&M ». Même s' »il n’est pas question de remettre en cause la licéité de la grève (…) ces actes d’entraves justifient une mesure d’expulsion » des bloqueurs grévistes, a-t-il plaidé écartant au passage l’offre de médiation tendue par la juge des référés.

Lire la suite

Publicités

Grève des agents à Caen

Ma Ville, 20 novembre 2013 :

Les agents de la communauté d’agglomération de Caen sont en grève depuis aujourd’hui. Ils réclament une revalorisation salariale.

Ce matin, ils ont manifesté au rond-point des Rives de l’Orne avant de se rendre devant l’hôtel de ville où une délégation a été reçue par Corinne Féret, vice-présidente de Caen-la-Mer.

Lire la suite

Le personnel des hôpitaux de Toulouse en grève

Métro, 20 novembre 2013 :

Une cinquantaine de professionnels de la santé étaient rassemblés cet après-midi devant l’Agence Régionale de Santé. Ils s’inquiètent des effets de la baisse du budget de la sécurité sociale.

Alors que se tient le débat parlementaire sur le financement de la Sécurité sociale, le personnel des hôpitaux de Toulouse a lancé un appel la grève ce mardi. Une cinquantaine de professionnels des différents services du CHU dont celui d’hématologie, de psychiatrie, de radiologie, mais aussi des travailleurs du secteur médico-social se sont mobilisés pour exprimer leur crainte de voir le futur budget de la sécurité sociale affecter leurs conditions de travail.

Lire la suite

Rythmes scolaires : manifestation de 200 instituteurs à Paris

Les rangs étaient quelque peu clairsemés, ce mercredi. Deux cents enseignants ont manifesté dans la capitale contre la réforme des rythmes scolaires telle que voulue par le gouvernement.

photo_1384967656987-1-0La réforme des rythmes scolaires, ils n’en veulent pas. Du moins, pas dans les conditions actuelles. Plus de 200 instituteurs se sont rassemblés ce mercredi 20 novembre à Paris, à l’appel du principal syndicat du primaire, le SNUipp-FSU.

« Pour transformer l’école, faut pas de la bricole : il faut de l’ambition, de la concertation ! » ont scandé les enseignants, qui réclamaient notammant la « prise en compte des spécificités territoriales dans l’application de la réforme des rythmes scolaires ». Lire la suite

Cinquante associations mobilisées pour les Afghans

BRUXELLES Une cinquantaine d’acteurs de la société civile, collectifs de citoyens, associations et syndicats ont manifesté mercredi pour les Afghans. Les participants ont démarré leur cortège devant le cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Maggie De Block (Open VLD). Ils poursuivront ensuite leur marche jusqu’au Petit Château avant de terminer la manifestation devant l’Office des Etrangers.

media_xll_6275210

La manifestation s’inscrit dans le cadre d’une série d’actions de solidarité avec les demandeurs d’asile Afghans déboutés ou en cours de procédure, qui se sont déroulées durant la semaine du 14 au 20 novembre.

Les organisateurs ont rappelé que de nombreuses personnes et familles originaires d’Afghanistan, qui ont fui leur pays et rejoint la Belgique, se sont vu refuser la protection internationale. Désormais sans droit de séjour, se trouvant en centre fermé, en places de retour ou à la rue, ces personnes redoutent d’être renvoyées dans leur pays, où leur vie peut être en danger. Lire la suite

Fria: manifestation de colère contre les coupures d’eau et de courant dans la cité de l’alumine de Fria

0000000manif_en_gui_0CONAKRY, (Xinhua) — Des manifestations contre les coupures d’eau et de courant électrique sont signalées ce mardi dans la cité minière de Fria, située à une centaine de kilomètres de la capitale de Guinée, a-t-on appris de sources concordantes.
Les populations de Fria tentent d’exprimer leur colère en prenant la rue, contre le manque d’eau qui frappe la ville depuis vendredi dernier.

Une situation consécutive à une décharge atmosphérique qui a causé des dommages sur les générateurs électriques de l’usine, entraînant une coupure de courant. Les populations qui s’étaient accommodées des délestages de courant devenus récurrents dans cette cité depuis l’arrêt de l’usine il y a près de deux ans, suite à une grève du personnel, n’arrivent cependant pas à digérer le manque d’eau dans les robinets. C’est ce qui aurait entraîné cette montée de tension ce mardi. Il faut noter également le fait que cette cité connaît une véritable traversée du désert, depuis la fermeture de l’usine de Friguia, relevant du géant minier russe Rusal. La ville qui dépendait entièrement de cette usine vit dans la disette avec une paupérisation poussée de ses habitants, qui commencent à manquer de moyens de subsistance, faute de salaires, selon nos sources.

http://www.ramatoulaye.com/fr/actualites-continent/oceanie/550-fria-manifestation-de-colere-contre-les-coupures-d-eau-et-de-courant-dans-la-cite-de-l-alumine-de-fria.html

 

Manif du 23 à Morlaix. «Que les salariés se fassent entendre»

« C’est une manifestation pour faire entendre clairement les revendications des salariés ». En appelant à la manifestation du 23 novembre à Morlaix (*), la CGT est revenue sur la chronologie des événements avec l’émergence des Bonnets rouges.

Manif du 23. «Que les salariés se fassent entendre». Marie-Annick Le Berre et Yvon Coat, de l'Union locale CGT de Quimper.

Manif du 23. «Que les salariés se fassent entendre».
Marie-Annick Le Berre et Yvon Coat, de l’Union locale CGT de Quimper.

Pourquoi la CGT avait-elle pris l’initiative d’organiser le 2 novembre à Carhaix une contre-manifestation à celle de Quimper ? 
« Quand le collectif « Vivre, décider, travailler au pays » avec Christian Troadec s’est créé, son mot d’ordre portait sur l’emploi. On réfléchissait pour savoir comment on pouvait s’intégrer dans la démarche. Dans la foulée, il y a eu la manifestation violente contre le portique écotaxe de Pont-de-Buis. C’est là que sont apparus les Bonnets rouges. Ils avaient appelé à se joindre à la manif du 2. On ne peut pas caresser la main de ceux qui étranglent les salariés. D’autant que Force Ouvrière se félicitait des soutiens de Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-François Copé. On a décidé de porter un autre message. La manifestation de Carhaix a été organisée en trois jours. Nous avons eu 3.000 personnes et un message positif ».

Lire la suite