Archives quotidiennes : 16/11/2013

Paris, Samedi 23 novembre 2013 : Marche pour le respect des droits des travailleurs

Appel des travailleurs de Continental :

Samedi 23 novembre 2013
Marche pour le respect des droits des travailleurs
Vers les ministères de la Justice, du Travail et vers Matignon.

Depuis des mois, toutes les juridictions saisies : tribunal des prud’hommes, tribunal administratif, jusqu’à la cour de cassation, la plus haute juridiction du pays, ont déclaré illégaux et sans raison économique les licenciements collectifs opérés par le groupe Continental en France depuis 2009, aussi bien la fermeture de l’usine de Clairoix que celle, partielle, de Rambouillet. De même, l’Etat, saisi des licenciements des représentants du personnel, qu’il a validés, a vu toutes ses décisions annulées.

Le groupe Continental, riche à milliards, qui se vante aujourd’hui d’avoir amassé de 2008 à 2013 les profits record de son histoire, refuse d’appliquer les accords qu’il a signés concernant les reclassements. Mais aujourd’hui dépasse toute mesure. Ainsi non content de refuser la réintégration des délégués come le tribunal administratif l’avait ordonné il entend les licencier à nouveau, sans les avoir réintégré ! C’est un message adressé à tous les salariés ou ex-salariés de Continental : le groupe est prêt à tout, à violer toutes les lois, dans l’espoir de faire baisser la tête à tout le monde.

Lire la suite

Les salariés vont rester sur le site ce week-end

Filtrauto Argenta. Les salariés de l’entreprise Filtrauto Argentan vont rester en grève devant l’usine, tout le week-end.

Les salariés sont en grève depuis vendredi matin et comptent rester sur le site d’Argentan tout le week-end.

Les salariés sont en grève depuis vendredi matin et comptent rester sur le site d’Argentan tout le week-end.

Dès vendredi matin, les salariés de l’équipementier automobile étaient en grève pour protester contre la volonté de l’entreprise de faire travailler les salariés quatre week-ends d’ici la fin de l’année. « Ils veulent faire du stock »,accusent ces derniers.

Vers 15 h 30, alors qu’une trentaine de salariés étaient toujours devant l’usine, cinq d’entre eux ont reçu des mises en demeure conservatoires des mains du directeur des ressources humaines du siège, Jérôme Tilly.Sous le choc, un homme a fait un malaise et a dû être transporté au centre hospitalier d’Argentan. Le directeur du site d’Argentan a finalement fait annuler cette décision plus tard dans la soirée. Lire la suite

Béziers : à l’hôpital ce sera le dialogue ou la grève

La directrice de l’hôpital de Béziers est mise en cause par les syndicats dans la gestion des personnels de l’établissement pour les jours de congés exceptionnels.

Le personnel a voté à l’unanimité la possibilité d’une grève le 21 novembre.

Le personnel a voté à l’unanimité la possibilité d’une grève le 21 novembre.

Trois cents personnes ont assisté hier matin, à l’assemblée générale, dans le hall du centre hospitalier de Béziers, à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO santé, CFDT santé et sociaux et Coordination infirmières. La directrice de l’établissement, Marie-Agnès Ulrich, est directement mise en cause par les représentants du personnel. Un personnel qui a d’ailleurs voté, à l’unanimité une grève si les choses ne s’arrangent pas. Lire la suite

Grève à l’hôpital du Haut-Anjou

Château-Gontier. Cent quatre-vingts membres du personnel étaient en grève, à l’hôpital du Haut-Anjou, vendredi 15 novembre après-midi.

Le personnel de l’hôpital du Haut-Anjou a manifesté vendredi après-midi.

Le personnel de l’hôpital du Haut-Anjou a manifesté vendredi après-midi.

Parmi les grévistes, 70 personnes ont défilé dans les rues hier après-midi, à Château-Gontier.

À la suite de l’appel à la grève de FO et de la CFDT, les grévistes manifestaient leurs inquiétudes face aux mesures prises par la direction de l’hôpital, concernant leurs conditions de travail à partir de 2014. Ils déplorent notamment une diminution du temps de travail journalier pour le « petit personnel », pour la même charge de travail, entraînant la suppression de cinq RTT et la non-reconduction d’une vingtaine d’emplois contractuels. Lire la suite

Rouen : la capitainerie du Grand Port Maritime en grève

Depuis le jeudi 14 novembre à minuit, la capitainerie du Grand Port Maritime de Rouen (GPMR) est en grève. Parmi les revendications, le paiement des heures de nuit.

Port

Selon nos informations, la capitainerie du Port de Rouen a démarré une grève le jeudi 14 novembre 2013 à minuit. Les salariés ont deux revendications : l’intégration de la nouvelle convention collective et le paiement des heures de nuit. Lire la suite

Les agents de nettoyage en grève: les rues de Madrid transformées en poubelle géante

Après 11 jours de grève, un pré-accord a été conclu entre les syndicats et les entreprises privées qui assurent le nettoyage de la ville de Madrid en Espagne. Le personnel dénonçait un plan social qui prévoyait la suppression de plus de 1000 postes.

IMAGEGLOBE_50156294

Un pré-accord a été conclu entre les syndicats et les entreprises privées qui assurent le nettoyage des rues et jardins de Madrid, jonchés de détritus après 11 jours de grève, ont annoncé samedi les deux parties. Ce pré-accord devait encore être ratifié par les deux parties et ensuite par les salariés dans la journée de samedi, avant la levée de l’appel à la grève. Il n’y aura « ni licenciement, ni baisses des salaires », a assuré samedi Juan Carlos del Rio, porte-parole du syndicat UGT. Lire la suite

Des dirigeants d’un magasin Leclerc sont jugés pour la séquestration de salariés et travail dissimulé

929491_3_d42b_l-enseigne-d-un-supermarche-leclerc_d53cca62086a64950fc5498a3af6035f

Les patrons sont parfois séquestrés, les salariés, très rarement. C’est pourtant un tel fait qui a mené quatre dirigeants du supermarché Leclerc de Montbéliard (Doubs) devant le tribunal correctionnel de la ville, jeudi 14 novembre. Ils sont accusés d’avoir séquestré, en 2006, une cinquantaine de salariés durant environ une heure dans une réserve afin de les soustraire au contrôle inopiné de l’inspection du travail. La CGT s’est portée partie civile. Une vingtaine de salariés ont demandé le paiement d’heures supplémentaires ainsi que des dommages et intérêts pour leur enfermement dans la réserve.

L’audience a duré treize heures, le temps d’essayer d’éclaircir de nombreux points de cette affaire exceptionnelle. Le 30 juin 2006, vers 21 h 45, le magasin est en plein inventaire quand arrivent des agents de l’inspection du travail, de l’Urssaf et des policiers. L’inspection enquête sur une comptabilisation suspecte des heures supplémentaires depuis plusieurs mois après des plaintes de salariés. Une partie de ces heures n’étaient ni comptabilisées ni payées. Une ancienne employée a confié, dans L’Est Républicain du 17 novembre 2011, qu’elle avait établi de faux relevés d’heures, mentionnant 37,5 heures par semaine alors que des salariés en faisaient 50 à 60. Lire la suite