Pourquoi les animateurs de Paris font-ils grève?

RYTHMES SCOLAIRES – Ce mardi, la cantine et les activités périscolaires ne seront pas assurés dans 520 écoles parisiennes sur 662. Une grève des agents pour demander des renforts pour la mise en oeuvre de la réforme et une revalorisation de leur rémunération…

article_ENFANTS-VERTBAUDET

Depuis la rentrée, les animateurs et les asem (agents spécialisés des écoles maternelles) de Paris sont en première ligne dans la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires et ont du parfois affronter les foudres des parents d’élèves. Bien décider à obtenir «les moyens adaptés» à l’exercice de leur métier, les agents de la ville feront grève ce mardi à l’appel des syndicats CGT et Unsa. Ce mouvement, devrait entraîner la suspension totale de la cantine et des activités périscolaires dans 520 écoles parisiennes (sur 662) d’après la mairie. Ce qui obligera les parents à récupérer leurs enfants de 11h30 à 13h30 ainsi qu’à 15h. 20 Minutes fait le point sur les revendications des agents de la Ville.

Des problèmes d’effectifs

Une course contre la montre. Pour mettre en place la réforme, la Mairie de Parisa recruté dans l’urgence des animateurs cet été. Problème: dans certains arrondissements, tous les postes n’ont pas été pourvus. «C’est aussi une question d’attractivité du métier. Beaucoup de temps partiels ont été proposés, mais personne ne peut vivre dans la région parisienne en faisant un mi-temps d’animateur. C’est pour cela que nous demandons  davantage de postes à temps complet», explique  Jean-Pierre Lubek, secrétaire de l’UNSA animation. Une revendication à laquelle a déjà répondu en partie la Mairie de Paris, en annonçant à la mi-octobre la titularisation de 300 animateurs supplémentaires pour la rentrée 2014. Insuffisant pour les syndicats. «On demande que l’effort soit continu», renchérit Jean-Pierre Lubek. D’autant que davantage de moyens humains permettrait d’améliorer la qualité de certains des ateliers proposés.

Les responsables débordés

Des ateliers de mauvaise qualité à transformer, des absences d’animateurs à palier… Chargés de la coordination des ateliers périscolaires, les 385responsables éducatifs Ville ont été mis à rude épreuve depuis la rentrée, d’autant que certains interviennent sur plusieurs établissements. Dans une lettre adressée vendredi aux représentants des agents de la Ville, que 20 Minutes s’est procurée, Bertrand Delanoë propose d’ouvrir 250 nouveaux postes d’adjoint pour leur apporter du renfort dans les plus grandes écoles et les établissements polyvalents. «La grève de mardi aura pour but de maintenir la pression pour que cette proposition soit adoptée au Conseil de Paris», souligne Jean-Pierre Lubek.

Les Asem au four et au moulin

En maternelle, les Asem chargées de l’animation des ateliers doivent aussi conduire les petits aux toilettes. Ce qui s’avère inextricable. D’où la volonté des deux syndicats qu’un agent soit détaché pour s’occuper de l’hygiène des enfants dans chaque école maternelle. Une suggestion qu’a promis d’étudier Bertrand Delanoë en faisant un point «école par école».

Des rémunérations qui ne collent plus aux responsabilités

Avec cette réforme, les animateurs et les Asem ont vus leur métier évoluer et leur autonomie s’accroitre. Une montée en gamme qui n’a pas eu de retombées financières. Les syndicats réclament par exemple 100 euros net d’augmentation mensuelle pour les animateurs. En réponse, Betrand Delanoë a annoncé  vendredi que les indemnités de plusieurs catégories d’intervenants (animateurs, personnels de ménage et assistantes maternelles) seraient relevées «de manière conséquente». Il propose une revalorisation de 950 euros bruts par an pour les animateurs et de 500 euros bruts par an pour les Asem.  «Mais là encore il faut rester mobiliser pour que cela ne reste pas une simple promesse», précise Jean-Pierre Lubek. Idem pour l’engagement de Delanoë à payer les animateurs vacataire une heure de plus par semaine pour leur prendre en compte le temps qu’il passe à l’école avant le début des ateliers et à leur issue, pour assurer la sécurité des sorties d’élèves.

http://www.20minutes.fr/societe/1248249-20131111-pourquoi-animateurs-paris-font-ils-greve

Une réponse à “Pourquoi les animateurs de Paris font-ils grève?

  1. Il serait bien de donner aux municipalité les moyens financier pour assumer pleinement et avec qualité les réformes ! non ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s