Mobilisation à Roanne contre la répression antisyndicale

Venus de toute la France et de tous les secteurs d’activité, environ 10.000 militantes et militants CGT se sont retrouvés à Roanne ce 5 novembre contre la répression anti-syndicale. Ce 5 novembre, en effet, 5 militants CGT passaient en procès à Roanne pour refus de prélèvement ADN. Ces cinq syndicalistes avaient été inculpés suite aux manifestations de l’automne 2010 contre la réforme des retraites pour avoir fait des tags. En novembre 2012, la Cour d’Appel de Lyon les avait dispensés de peine. Pourtant, ces syndicalistes ont été convoqués le 22 mai pour un prélèvement d’ADN à l’Hôtel de Police de Roanne, ce qu’ils ont refusé. Et le lendemain, dès la première heure, d’importantes forces de police sont venues à leurs domiciles, comme s’il s’agissait d’une affaire de grand banditisme !

100_9152

100_9175

Aussi, un appel à une mobilisation nationale était lancée pour ce 5 novembre à Roanne. En plus de l’UL de Roanne et des structures de la région (Loire, Lyon, Ain, Isère, etc), ce sont des travailleurs de toute la France qui ont répondu à l’appel, venant avec plus d’une centaine de bus, depuis Paris, la Franche-Comté, les Ardennes, les Bouches-du-Rhône, la région Centre, la Bourgogne, la Lorraine, et même depuis le Havre ou Cherbourg. Etaient présents des cheminots, des métallos, des salariés de la RATP, des ouvriers du bâtiment, des postiers, des dockers, des employés des collectivités territoriale, des travailleurs de la santé et de l’action sociale, de la chimie, du commerce, de l’agroalimentaire et de bien d’autres branches d’activité, sans oublier les privés d’emploi et les retraités.

100_9144

100_9145

Au delà de la répression qui s’abat sur les cinq camarades de Roanne, cette manifestation visait à dénoncer plus largement la répression anti-syndicale, qu’elle soit exercée par les patrons ou par le pouvoir d’Etat. Aussi, sous une banderole « syndicalistes pas voyous » et le mot d’ordre « en touchant une militante ou un militant de la CGT on touche à toute la CGT », des militants sont intervenus à la tribune pour témoigner et dénoncer la répression anti-syndicale.

100_9146

100_9147

Pour le Rhône par exemple, les provocations et violences policières lors du mouvement de 2010 contre la réforme des retraites ont été rappelés,ainsi que la poursuite absurde lancée par la Préfecture contre des militants pour… distribution de tracts sur la voie publique sans demande d’autorisation préalable. Poursuite qui se sont heureusement finies par la relaxe des camarades.

100_9148

100_9150

100_9154

Pour l’Indre, un camarade a relaté la lutte menée par les syndicats de Chateauroux contre une mairie réactionnaire qui cherche à expulser les organisations syndicales de leurs locaux, allant jusqu’à faire couper l’eau et l’électricité.

100_9155

100_9156

Pour le Puy-de-Dôme, un camarade a annoncé une bonne nouvelle. Ce 5 novembre, la cour d’appel de Riom a confirmé le jugement des Prud’hommes, en date du 16 novembre 2011, qui annulait la sanction prise à l’encontre de Fabrice Fargheot, délégué syndical CGT qui avait été mis à pied, en 2009, pour avoir donné à La Montagne des informations jugées « confidentielles » par son entreprise.

100_9157

100_9158

Pour ce qui est du procès de nos 5 camarades de Roanne, le procureur demande un mois de prison avec sursis pour nos camarades, l’avocat ayant de son côté plaidé la relaxe. C’est d’ailleurs aussi pour la relaxe de ces cinq militants syndicalistes et de tous les autres militants ouvriers poursuivis qu’on s’était mobilisés ce 5 novembre à Roanne. Le délibéré sera rendu le 17 décembre 2013. A noter que si la Place des Mariniers, où était organisé le rassemblement, était noir de monde et rouge de drapeaux CGT, 200 à 300 camarades s’étaient rassemblés également devant le tribunal de Roanne pendant l’audience.

100_9162

100_9164

100_9165

100_9166

100_9170

100_9171

100_9172

100_9177

100_9179

100_9180

100_9182

100_9186

100_9192

100_9194

100_9198

100_9201

100_9202

Une réponse à “Mobilisation à Roanne contre la répression antisyndicale

  1. Je suis en retraite, et j’ai l’occasion d’écouter la radio souvent dans la journée, et pas un mot sur le sujet sur la radio écoutée ! France bleu; cela vous dit quelque chose ? J’imagine que les autres ce doit être bouche cousue ! Comment pourrions-nous faire pour avoir les mêmes droits que le patronat en ce qui concerne l’information ? Vive une nouvelle République et que nous changions toutes ces règles de pourris…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s