A Roanne, contre la répression anti-syndicale

Article publié dans Communisme-Ouvrier n°37, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

La CGT appelle à une grande manifestation ce 5 novembre 2013 à Roanne. en solidarité avec cinq militants CGT. En effet, le 23 mai à Roanne, la police est venue arrêter à 6 h 30 cinq militants CGT à leurs domiciles ! Ces cinq syndicalistes avaient été inculpés suite aux manifestations de l’automne 2010 contre la réforme des retraites pour avoir fait des tags. En novembre 2012, la Cour d’Appel de Lyon les avait dispensés de peine. Pourtant, ces syndicalistes ont été convoqués le 22 mai pour un prélèvement d’ADN à l’Hôtel de Police de Roanne, ce qu’ils ont refusé. Et le lendemain, dès la première heure, d’importantes forces de police sont venues à leurs domiciles, comme s’il s’agissait d’une affaire de grand banditisme ! Ils repassent le 5 novembre devant le tribunal de Roanne.

Non seulement le gouvernement a refusé une loi d’amnistie pour les militants inculpés lors des luttes sociales, mais à Roanne l’acharnement répressif contre des militants syndicaux a dépassé un nouveau stade. De façon plus générale, on assiste dans toutes les luttes d’ampleur, une tentative de criminaliser les ouvrières et les ouvriers qui se défendent face au patronat. C’est, dans toutes les boîtes, l’acharnement du patronat pour licencier ou pousser à la démission les syndicalistes et autres militants ouvriers combatifs. Et l’Etat appuie cet acharnement anti-syndical, comme lorsque pendant la grève à PSA Aulnay, des militantes et militants CGT ont été convoqués devant la sûreté d’Etat !

Si sous Hollande, c’est la même politique anti-ouvrière que sous Sarkozy, c’est aussi le même acharnement, la même répression contre celles et ceux qui osent relever la tête face aux attaques. Une certaine presse va dans le même sens en tentant de montrer les ouvriers qui défendent leurs emplois, que ce soit à PSA ou Goodyear comme des « casseurs », parlent d’une prétendue « violence » des travailleurs, alors que la violence quotidienne c’est celle que nous les travailleurs subissons, la violence des licenciements, la violence des conditions de travail toujours pires, la violence des salaires, des pensions de retraites et des allocations-chômage qui ne nous permettent plus de joindre les deux bouts ! S’il y a des casseurs dans ce pays, c’est bien les patrons qui cassent nos emplois et le gouvernement qui casse nos conquête sociale.

Que l’on soit membre de la CGT ou non, syndiqué ou non, cette répression concerne chaque travailleur et chaque travailleuse. Lorsqu’on s’en prend aux militants ouvriers, c’est toute la classe ouvrière qui est attaquée. Cette politique d’acharnement contre des syndicalistes a un but : celui de nous réduire au silence alors que les attaques se multiplient (ANI, attaque contre la retraite, accords dit « de compétitivité », licenciements, etc.).

Solidarité face à la répression ! Relaxe de tous les militants ouvriers inculpés !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s