CARHAIX. Marine Harvest. Paroles de femmes salariées

Qu’elles aient trois ans ou 30 ans d’ancienneté, les femmes salariées de Marine Harvest éprouvent émotion et colère. Certaines ressentent un sentiment de révolte. D’autres sont prêtes au combat. Quant à leur avenir, il s’inscrit pour l’instant en pointillé. 

Marine Harvest. Paroles de femmes salariées. Vendredi soir, près de 600 personnes se sont réunies pour discuter d'un plan de bataille.

Marine Harvest. Paroles de femmes salariées.
Vendredi soir, près de 600 personnes se sont réunies pour discuter d’un plan de bataille.

Tanisha Cope, 23 ans, Poullaouen. « C’est ma troisième saison. Si on commence à fermer tout l’agroalimentaire dans l’ouest de la Bretagne, on se demande où on va pouvoir aller bosser. À Socopa ou à Bretagne Saumon? Je ne vois rien d’autre. À moins d’aller comme saisonnière dans le Nord-Finistère, où il y a des légumes. J’habite sur Poullaouen mais je fais construire à Carhaix. J’ai deux enfants. Heureusement que mon mari travaille chez DS Smith Packaging (ex-Otor). Mais il nous faut deux salaires, sinon pour nous, la vie est impossible. »

Marie Le Faou, Carhaix. « Je travaille sur le site depuis 1979. Je vais avoir 53 ans bientôt. C’est triste de se retrouver au chômage à mon âge. Pour les jeunes, c’est terrible également. Je suis encore sous le coup de l’émotion. Je n’ai pas la tête à chercher un autre emploi pour l’instant. Plus tard, si ma santé le permet, je me tournerai vers les services d’aide à la personne. Je dis bien si ma santé le permet car mes articulations ont beaucoup souffert lors des 34 années passées à l’usine. »

Marie-Hélène Stone, 53 ans. « Troisième saison également. Les deux premières années, je travaillais directement via l’entreprise. Cette année, la direction m’a demandé de revenir via Adecco, agence de travail temporaire. Je suis en ce moment en colère, très en colère. C’est une société qui fait d’énormes profits. Mais elle se permet tout de même de fermer les sites de Châteaugiron et de Poullaouen alors qu’elle a fait 113 millions de bénéfice. L’émotion est passée. Le 4 juin est loin. Là, c’est colère, haine et révolte. Le temps du combat est venu. Dans notre bassin d’emploi, c’est la catastrophe. Gad ferme, Tilly se casse la figure, Doux ne va pas mieux, Penalan à Maël-Carhaix c’est pareil : ça suffit ! Il faut que nos élus fassent quelque chose. »

Rachida Benmiloud, 57 ans, Carhaix. « Moi, c’est depuis 25 ans que je travaille sur le site : sept ans en tant que saisonnière, 18 ans comme permanente. C’est la catastrophe pour nous, pour les jeunes, pour tout le monde en somme. Pour les salariés de l’entreprise mais aussi pour l’activité générale du secteur. Pour la commune aussi. Comme beaucoup de mes collègues, je suis un peu perdue en ce moment. Au départ, c’était une très grosse colère et beaucoup d’amertume. Maintenant, j’essaie d’émerger, de reprendre les choses en main et d’avoir quelques perspectives d’avenir encourageantes. »

Muriel Evain, 39 ans, Plusquellec. « Ça fait sept ans que j’y travaille. Six années en CDI. Je suis très déçue, comme mes collègues, car on s’est beaucoup investi dans l’entreprise. En dépit de cela, on va être jeté comme de simples mouchoirs, en fait. Pour l’instant, je suis dans le vague. Que faire? Suivre une formation? J’ai construit à Plusquellec. J’ai trois filles. Heureusement que mon mari ne travaille pas à Marine Harvest. Il est commercial dans une autre société. »

Lydia Le Bec, 52 ans. « J’ai quinze ans d’ancienneté à Marine Harvest, dont deux comme saisonnière. C’est de l’écoeurement, ajouté à de la colère et de la haine : trois sentiments mélangés. C’est la colère qui prédomine. La société enregistre des bénéfices mais on licencie quand même. C’est incompréhensible. Beaucoup de familles se retrouvent dans une détresse morale et financière. Il faut d’abord que j’assimile la perte de mon emploi. C’est une démarche psychologique individuelle. Il n’y a pas de déni mais il est très difficile de se projeter tant qu’on est au travail. »

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaix/marine-harvest-paroles-de-femmes-salariees-21-10-2013-2275600.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s