Grève au centre d’appels Ceacom, au Havre

76 Actu, 13 octobre 2013 :

Alors que des salariés de la plateforme téléphonique du Havre, Ceacom, sont en grève depuis lundi 7 octobre 2013 – le troisième mouvement en une année – la direction menace de faire appliquer une ordonnance de référé obtenue jeudi 10 octobre par le tribunal de grande instance du Havre.

La direction menace les grévistes de sanctions

En clair, cette décision « ordonne à toute personne présente sans autorisation, devant ou dans les locaux de Ceacom, de cesser sans délai toute action ayant pour objet ou pour conséquence d’empêcher ou de perturber la circulation libre et l’activité des salariés de l’entreprise ». Une ordonnance, qui, si elle n’est pas respectée et que le blocage du site se poursuit lundi 14 octobre, expose les contrevenants « à des sanctions », prévient la direction, dans un communiqué.
« La survie de Ceacom et ses 470 emplois est en jeu »

Pour la direction de Ceacom, « il devient urgent que l’entreprise puisse reprendre ses activités normalement et qu’une solution rapide et satisfaisante pour tous soit trouvée. Il en va de la survie de Ceacom, qui compte 470 emplois sur le bassin ».

« Nous n’avons aucune certitude de retrouver les volumes de production et chaque heure de blocage fragilise notre entreprise et de fait, les emplois de nos 470 collaborateurs. Nous demandons aux organisations syndicales de suivre les recommandations du médiateur et de bien considérer nos dernières propositions. Nous sommes face à un principe de réalité simple : Ceacom ne peut offrir plus qu’elle ne gagne », argumente Tarik Yaker, le directeur du site.

Les syndicats veulent « des propositions d’évolution salariale décentes »

Dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, les salariés de Ceacom ont engagé une grève pour obtenir de nouveaux droits, quant à leurs conditions de travail et leurs salaires.

Le syndicat CGT estimait, jeudi 10 octobre, que « les avancées proposées par la direction sont insuffisantes, sans aucune avancée sociale, ni acquis. Nous pourrons, tout au plus, disposer d’une prime exceptionnelle de 100 à 250 euros à Noël. C’est bien loin de ce que nous voulons », réagissait en fin de semaine la déléguée CGT, Valérie Jaouen, sur 76actu.

Elle contestait, au passage, les chiffres avancés par la direction : « Nos demandes, dans leur totalité, ont été chiffrées à 750 000 euros. On est loin des 3,5 millions présentés par la direction ».

Publicités

2 réponses à “Grève au centre d’appels Ceacom, au Havre

  1. Faire du grève sur un lieu de travail alors que des salariés travaillent, je trouve ça un peu banal , je pense que c’est normal cette menace.

    J'aime

  2. C’est vraiment injuste les comportement des grévistes. Ils ne voient pas que c’est une perte de temps de faire des grèves comme ça!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s