Archives quotidiennes : 09/10/2013

Rythmes scolaires : Crillon, première commune en France à jeter l’éponge

La petite commune de Crillon, dans l’Oise, est la première à renoncer à appliquer la semaine de quatre jours et demi face à la mobilisation des parents d’élèves.

Rythmes-scolaires-Crillon-premiere-commune-en-France-a-jeter-l-eponge_image_article_large

S’agit-il d’un cas isolé ou de la première d’une longue liste ? La petite commune de Crillon dans l’Oise, 440 habitants, a décidé le 16 septembre dernier de renoncer à la réforme des rythmes scolaires pour cette année, a révélé le quotidien régional le Courrier Picard le samedi 5 octobre. Lire la suite

Toujours pas d’hébergement pour la famille Hokic / Alimanovic

Cela fait depuis le 15 avril 2013 que la famille Hokic / Alimanovic et ses cinq enfants, âgées de 3 à 11 ans, vivent dans deux camionnettes au pied du 20 rue de Cologne dans le quartier de Planoise à Besançon.

Planoise

Soutenue par des habitantes et habitants du quartier et plusieurs organisations associatives (CNL, Collectif A la rue, Espoir et Fraternité Tsigane de Franche-Comté, les Roms des Balkans), syndicales (UL CGT, SUD Santé Social) et politiques (Gauche Anti-capitaliste, Lutte Ouvrière, Initiative Communiste-Ouvrière, NPA), plusieurs manifestations et actions ont été organisées pour exiger le relogement immédiat de cette famille.

Lire la suite

PSA : La lutte continue contre le Nouveau Contrat Antisocial

Quelques nouvelles de la lutte à PSA contre le nouveau contrat anti-social :

A Saint-Ouen, la CGT PSA rendra public les signatures demain 10 octobre avec rassemblement.

A Sochaux, appel à débrayer vendredi 11, pour se laisser la possibilité d’un appel commun avec la CFDT. A Rennes un appel des syndicats est prévu le 16 octobre.

PSA : Saint-Ouen dit NON au Nouveau Contrat Antisocial

Tract CGT PSA Saint-Ouen, 9 octobre 2013 :

Saint-Ouen dit NON au Nouveau Contrat Antisocial

Par leurs signatures, Les salariés de l’usine se sont prononcés à plus de 50% contre la signature de l’accord antisocial de PSA dont plus de 70% des ouvriers.

Depuis l’annonce des mesures de régression sociale chez PSA lors des réunions centrales avec les syndicats, nous nous sommes mobilisés à plusieurs reprises par des débrayages et des assemblées les 10, 18 et 25 septembre et le jeudi 3 octobre.

Lire la suite

Agroalimentaire en Bretagne : CGT et FO mobilisés lundi

Ouest France, 9 octobre 2013 :

Gad, Doux, Tilly-Sabco et Marine Harvest… Des entreprises dans la tourmente. Lundi, une nouvelle journée d’actions est prévue.

« Nous allons perturber les départs et les arrivées de l’aéroport de Brest, lundi prochain, à partir de 8 h 30. Entre autres… », annonce Corinne Nicole, déléguée CGT chez Tilly-Sabco. Cette journée de mobilisation est conjointement organisée par les syndicats CGT et Force ouvrière des entreprises Gad, Doux, Tilly-Sabco et Marine Harvest.

Lire la suite

Deux jours de grève des ouvriers du 3eme pont

Koaci.com, 9 octobre 2013 :

Après deux jours d’arrêt de travail, les manœuvres du chantier du troisième pont à la Riviera Golf (Abidjan), ont repris les activités ce matin, a appris Koaci.com d’une source proche des grévistes.

« Travaillons en ce moment. Tous les collègues sont en place,  » a déclaré notre source jointe par téléphone ce mercredi matin par Koaci.com.

Cette source a par ailleurs précisé que les manœuvres grévistes seront situés sur leur sort dans quelques jours.

Lire la suite

90% des lycées paralysés à Tizi Wezzu

Tamurt.Info, 9 octobre 2013 :

Les enseignants ont rejoint en masse le mouvement. Une minorité des enseignants de lycées ont préféré faire l’impasse sur ce mouvement de grève. Les lycéens de Tizi Wezzu ont rebroussé chemin ce matin. Les enseignants ont refusé d’assurer les cours. La Cnapest a engagé un bras de fer avec la tutelle qui ignorent leurs revendications et surtout qui continuent à mener une politique de chantage envers les enseignants syndicalistes. Certains d’entre eux sont même licenciés pour avoir organisé des mouvements de grève par le passé.

Il faut attendre le deuxième jour de grève lancée par les syndicalistes du Cnapest pour voir les lyceés de Tizi Wezu adhérer presque en masse à ce mouvement de protestation. Si au premier jour, hier, la grève était partiellement suivie, aujourd’hui pratiquement 90% des établissements d’enseignement secondaires sont restés fermés.

Lire la suite

Tahiti : Il y a urgence à l’hôpital

Les Nouvelles de Tahiti, 9 octobre 2013 :

Hier, dès 4 heures du matin, les grévistes d’O oe to oe rima ont bloqué, avec des pneus et des poteaux d’acier, l’entrée principale de l’hôpital du Taaone. Avec ce barrage, le syndicat voulait se faire entendre du gouvernement. Durant la période du préavis de grève, la semaine dernière, aucun membre n’avait répondu à leur demande d’entretien.

O oe to oe rima demande la requalification des contrats à durée déterminée en contrats à durée indéterminée

Lire la suite

Meursault : mouvement de grève chez MCM Diffusion

Le Bien Public, 9 octobre 2013 :

Des salariés ont formé un piquet de grève devant l’entreprise MCM Diffusion. Ils demandent une revalorisation de leur prime de licenciement.

Grenoble : Deuxième mardi de grève au CHU

20 Minutes, 9 octobre 2013 :

Un premier mouvement de grève avait eu lieu le 24 septembre, mais la direction n’a pas entendu le personnel des blocs opératoires. Mardi matin, infirmières et brancardiers sont retournés devant l’établissement à 8 h 30 pour protester contre le projet de réorganisation de la direction. Il prévoit la mise en place de nouveaux horaires dérogatoires de dix et douze heures par jour contre 7 h 30 actuellement.

«Nous n’avons pas les moyens humains pour suivre ces nouvelles mesures. On peut faire des heures supplémentaires mais on ne sera plus remplacé le lendemain et nos jours de repos en semaine vont forcément diminuer. On sera épuisé et plus en mesure de faire notre travail correctement. On peut mettre des patients en dangers» déplore Annabelle Payet, représentante du personnel paramédical. La mise en place des nouveaux horaires est prévue le 4 novembre. Trop tôt pour Annabelle Payet : «Nous avons besoin de 10 à 15 infirmières anesthésistes en plus. La meilleure chose à faire est de repousser le projet et le repenser. 350 personnes sont concernées». Qu’en dit la direction ? «Elle est inflexible et ne nous écoute pas. Voilà pourquoi on en est encore là», conclut-elle.