Manifestations de Rroms dans le Nord-Pas de Calais

Roubaix (la Voix du Nord, 3 octobre 2013) :

Depuis le début de l’après-midi, une cinquantaine de Roms manifestent devant les locaux du centre communal d’action sociale de Roubaix. Celui-ci a dû être fermé au public. Un autre groupe s’est installé devant l’hôtel de ville.

Manifestation devant le CCAS de Roubaix

Escortés par des syndicalistes de la CGT, une cinquantaine de Roms évacués dernièrement du camp du Galon-d’Eau à Roubaix se sont rendus devant les locaux du CCAS (centre communal d’action sociale). Principale voire unique revendication : avoir un logement. Alors qu’une délégation de quatre ou cinq personnes est actuellement reçue par la direction du CCAS, les Roms continuent de manifester devant l’entrée, avenue des Nations-Unies. Le CCAS a dû être fermé au public.

Par ailleurs, un autre groupe de Roms s’est installé devant l’hôtel de ville de Roubaix, sur la Grand’Place. Mais ils ne manifestent pas.

Le camp installé sur la friche Match-Nadaud avait été demantelé vendredi alors que s’y trouvaient encore 31 caravanes. Ce matin, un autre campement comprenant une dizaine de caravanes, situé juste à côté, a également été évacué.

Wattrelos (la Voix du Nord, 4 octobre 2013) :

Après Roubaix, c’est à Wattrelos, ville du député socialiste Dominique Baert, que les Roms ont manifesté leur colère, ce matin. Arrivés vers 11 h par le bus sur la place Delvainquière, ils ont rencontré le premier adjoint, Henri Gadaut. Plus exactement, c’est avec Abdel Abdessalam, secrétaire de l’union locale CGT, et d’autres militants, que la discussion s’est engagée, les Roms déployant simplement une banderole et restant silencieux pour la plupart, certains arborant un autocollant CGT sur la poitrine.

Manifestation à Wattrelos

« Il faut que les élus de la République prennent leurs responsabilités, a dit à plusieurs reprises Abdel Abdesallam. Nous ne sommes pas à Wattrelos parce que c’est Wattrelos, mais parce que c’est la ville du député. Les Roms, ce n’est pas que des statistiques, ce sont des êtres humains. » Henri Gadaut a rappelé une nouvelle fois que la ville disposait d’une aire et accueillait aussi vingt-huit personnes roms au Plouys. « Wattrelos a donné, on ne peut pas proposer d’autres logements : il y a deux ans d’attente ici pour ceux qui souhaitent un logement ! » La CGT a pris acte du constat.

La discussion s’est poursuivie pendant près d’une demi-heure. Un débat passionné – et correct sur le fond et la forme — qui n’a pas vraiment fait avancer les choses, mais qui a pu donner le sentiment aux Roms et à la CGT qu’ils avaient été écoutés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s