Mobilisation des enseignants au Burkina Faso

Ici Lomé, 5 octobre 2013 :

En prélude à la Journée mondiale des enseignants célébrée chaque 5 octobre, les organisations syndicales des enseignants ont organisé, vendredi sur toute l’étendue du territoire, une grève de 24 heures pour exiger de meilleures conditions de vie et de travail.

A Ouagadougou, les enseignants ont organisé une marche pacifique à travers les principales artères de la capitale et remis un message aux ministères en charge de l’enseignement. A la suite, ils ont tenu un meeting à la Bourse du travail.

Outre la revalorisation du système éducatif burkinabé avec le relèvement du budget de l’Etat octroyé à l’éducation, les organisations syndicales de l’enseignement ont suggéré la suspension de la nouvelle réforme du système éducatif qui transfère le préscolaire et post-primaire au ministère de l’ Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA).

Dénonçant ce qu’ils appellent « la marchandisation de l’école » qui entraîne l’exclusion des plus pauvres du système éducatif, les syndicats estiment qu’il y a des préalables qui doivent être résolus avant d’aller effectivement à cette réforme.

Les organisations syndicales demandent également un examen de leur plateforme minimale déposée auprès des ministères et qui a trait à la question de statuts et revalorisation des salaires et de la fonction enseignant.

Pourtant, le ministre de l’Education nationale et de l’ alphabétisation (MENA), Koumba Boly a rassuré jeudi 3 avril 2013 au cours du traditionnel point de presse du gouvernement que le transfert ne lèsera ni les droits, ni les avantages des travailleurs.

Les syndicats ont prévenu que si rien n’est fait pour accorder un examen minutieux de leur plateforme revendicative minimale, ils s’accordent le droit de passer à une vitesse supérieure sans autre forme de procès.

Malgré que le gouvernement et les syndicats soient toujours en pourparlers depuis quelques mois pour revoir la question des indemnités et procéder à une éventuelle augmentation de salaires des travailleurs de la fonction publique, les organisations syndicales de l’enseignement tiennent mordicus pour un statut particulier dans leurs corps. Fin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s