Quand une filiale de la SNCF remet en cause le droit de grève

Europe 1, 3 octobre 2013 :

Pour les dissuader de faire grève, Geodis a envoyé à ses employés des lettres évoquant « de lourdes conséquences sur l’emploi ».

03.10.Greve.Lettre.menaces.EUROPE1.V2_scalewidth_460

Pour un employeur, un mouvement de grève n’est jamais un moment agréable même si le dialogue social doit parfois en passer par là. Mais Geodis BM, une filiale de la SNCF dédiée au transport routier de marchandises de la région nantaise, a visiblement trouvé une solution radicale pour dissuader ses employés de débrayer : des lettres de menaces à peine voilées envoyées au domicile de chaque salarié. Du jamais vu qu’Europe 1 vous dévoile en exclusivité.

Quand un conflit salarial classique dérape. Dénonçant depuis des mois « un climat social détestable », un tiers des employés d’une filiale de la SNCF se mettent en grève fin avril 2013. La réponse ne se fait pas attendre : le lendemain, chaque gréviste reçoit à son domicile un courrier.

Une lettre pour déstabiliser toute la famille. La démarche est d’autant plus rare que les courriers ne sont pas adressés au seul employé gréviste, mais à toute sa famille. C’est ce qui est arrivé à Nicolas… dont la femme a ouvert la fameuse lettre : « j’ai été alerté par ma femme qui a vu le courrier un peu vite fait, cela a affolé tout le monde ».

« C’est une façon d’amener la famille dans les problèmes qu’il peut y avoir dans une entreprise, mais aussi de mettre la pression. Mettre la pression à nous, et à la famille. C’est bien fait pour cela, justement. Pour que tout le monde soit au courant », raconte Nicolas.

Et la menace (à peine voilée) d’un licenciement. « Cette lettre n’est pas anodine, tout est calculé pour que la personne qui la reçoit en prenne plein la tête », poursuit-il. Il faut dire que les termes employés dans le courrier sont des menaces à peine voilées, la direction expliquant qu’à cause de cette grève, il pourrait y avoir « de lourdes conséquence sur leur emploi. » En clair, « un impact négatif sur la poursuite de leur contrat » et donc un licenciement.

« Très clairement une atteinte au droit de grève ». Dans le cas de Géodis, il s’agit « très clairement d’une atteinte au droit de grève », s’insurge Fabian Tosolini, de la CFDT Transport. « C’est choquant. On a des salariés qui se retrouvent avec un courrier envoyé à madame et monsieur, envoyé au sein du cocon familial », souligne-t-il, avant d’ajouter : « c’est inacceptable. C’est une pression déguisée mais une pression qui a été vécue par les salariés comme telle ».

Le syndicat compte donc bien demander des explications à cette entreprise en multipliant les courriers. Et si la direction refuse de sortir du silence, la CFDT a prévenu : elle n’hésitera pas à demander des comptes à la maison-mère, en l’occurrence la SNCF.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s