La tension monte au Soudan

El Watan, 29 septembre 2013 :

La contestation populaire, qui en est à son sixième jour, prend de l’ampleur au Soudan où des centaines de manifestants sont descendus dans la rue, hier, pour protester contre le gouvernement, selon les agences de presse.

Au lendemain de l’annonce par le ministère de l’Intérieur de l’arrestation de 600 manifestants, des centaines de personnes sont descendues dans la rue pour dénoncer la répression policière et scander des slogans hostiles au gouvernement du président Omar El Béchir, selon des médias. Cette manifestation est survenue après les funérailles, dans la capitale, de Salah Mudathir, un pharmacien de 28 ans engagé politiquement, selon la même source.

Le ministère de l’Intérieur avait annoncé vendredi soir l’arrestation de 600 personnes pour «leur participation aux actes de vandalisme», précisant qu’elles allaient être jugées la semaine prochaine. La manifestation a été dispersée par les forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogène, selon l’AFP citant des témoins. Le mouvement populaire a été déclenché par l’annonce, lundi, de la levée des subventions sur les carburants.

La police a fait état de quatre civils tués vendredi à Khartoum et sa banlieue, affirmant qu’ils étaient tombés sous les balles d’inconnus. «Des hommes armés non identifiés ont tiré vendredi sur des manifestants à Khartoum Bahri, à Khartoum et à Omdurman et quatre civils ont été tués», a indiqué la police citée par l’agence officielle soudanaise Suna.

Le prix du carburant enflamme la rue

La police faisait état jusqu’à présent de 29 morts, mais n’avait donné aucune précision sur les circonstances de ces décès. Deux ONG, l’African Centre for Justice & Peace Studies et Amnesty International, qui ont fait état de 50 morts pour mardi et mercredi, ont accusé les forces de sécurité d’avoir délibérément tiré sur les manifestants, a précisé l’AFP. L’opposition, ainsi que des militants, ont appelé cette semaine à la poursuite des manifestations. Le parti d’opposition Oumma de l’ex-Premier ministre Sadek Al Mehdi a appelé «le peuple soudanais à intensifier les protestations, et l’Alliance des jeunes de la révolution soudanaise a réclamé la démission du chef de l’Etat ainsi que du gouvernement corrompu».

Depuis la décision, lundi, du gouvernement de lever des subventions sur les carburants dans le cadre d’une série de réformes économiques, les Soudanais manifestent en masse dans plusieurs régions et les protestations ont par endroits dégénéré. Vendredi, les autorités ont fermé les bureaux d’Al Arabiya et de Sky News Arabiya à Khartoum, selon les deux chaînes satellitaires arabes. Elles ont en outre saisi ou empêché de paraître trois quotidiens pourtant pro-gouvernementaux. Selon le rédacteur en chef d’un journal indépendant interdit depuis jeudi, il n’est pas permis de publier d’autres informations sur les manifestations que les rapports de police. Le Soudan connaît depuis 2012 des manifestations sporadiques contre le régime.

Une réponse à “La tension monte au Soudan

  1. Pingback: Vidéos : Révolte contre la hausse des prix et la dictature au Soudan | Solidarité Ouvrière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s