Archives quotidiennes : 24/09/2013

Guinée : les travailleurs d’Orange en colère

Ecofin, 24 septembre 2013 :

La situation ne semble pas encore avoir trouvé une solution définitive chez Orange Guinée. Pour l’instant, la trêve demandée par la direction d’Orange pour négocier avec les grévistes tient encore malgré l’arrestation de deux employés accusés de sabotage sur le réseau.

Au sein d’Orange, les travailleurs sont certes en colère contre leur directeur général Alassane Diene, mais ils le sont plus encore contre Oyé Guilavogui, le ministre des Postes, Télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information.

Lire la suite

Publicités

Kem One : manifestation à Lyon ce jeudi

Lyon Mag, 24 septembre 2013 :

A l’appel de la CGT, qui a déposé une offre de reprise de Kem One, les salariés du groupe chimique sont attendus à Lyon le 26 septembre. Un cortège « bruyant et coloré » se formera à 11h45 devant le siège social dans le 7e arrondissement puis partira en direction du tribunal administratif.

Une audience aura lieu à 14h durant laquelle les offres de reprises seront examinées Trois offres de reprise ont été reçues par l’administrateur judiciaire de l’entreprise concernant Kem One. La période de dépôt des offres prenait fin la semaine dernière. Les trois offres sont issues du fonds d’investissements Sun European Partners, de la société d’investissements Opengate Capital, qui prévoient de supprimer 130 postes, et de la CGT. Kem One emploie 1300 personnes à Lyon, St Fons et Balan dans l’Ain.

Les fonctionnaires grecs de nouveau dans la rue

7 sur 7, 24 septembre 2013 :

Les fonctionnaires grecs étaient de nouveau en grève mardi, pour la deuxième fois depuis le début du mois, protestant contre une vaste réforme du service public imposée par les créditeurs internationaux, qui poursuivent leur audit du pays.

Une manifestation était prévue en milieu de matinée à Athènes pour appuyer le mouvement de grève qui devait durer 48 heures, à l’appel du principal syndicat des fonctionnaires ADEDY.

De nombreux services publics étaient fermés dans la matinée, et les enseignants du second degré poursuivaient quant à eux une grève commencée le 16 septembre.

Lire la suite

La lutte des ouvrières et des ouvriers du textile au Bangladesh

Depuis samedi 21 septembre où 50.000 ouvrières et ouvriers du textile ont manifesté dans les rues de Dacca pour obtenir un salaire minimum de 100 $ par mois (soit 8.114 takas contre 3.000, soit 38 $ actuellement), la lutte continue. Lundi 23 septembre, on comptait 200.000 manifestantes et manifestants à Gazipur (40 km au nord de la capitale). Entre 100 et 150 usines textile sont fermées par la mobilisation des travailleuses et des travailleurs. A Gazipur, des affrontements ont opposés lundi ouvriers en grève et forces de répression.

Affrontements entre ouvriers et forces de répression à Gazipur le 23 septembre

Affrontements entre ouvriers et forces de répression à Gazipur le 23 septembre

Ouvrières face aux forces de répression à Gazipur

Ouvrières face aux forces de répression à Gazipur

Lire la suite

Grève illimitée chez APRR

Le Bien Public, 24 septembre 2013 :

Depuis ce matin, 8 heures, une cinquantaine de salariés d’APPR (Autoroutes Paris Rhin Rhône) tractent devant le siège de l’entreprise, à Saint-Apollinaire (21).

La mobilisation, lancée par la CGT et Sud Autoroutes, veut sensibiliser les salariés de la direction et l’opinion publique sur les effets qu’auraient la mise en place du projet de restructuration « Sécurité – viabilité ». La grève, qui débute aujourd’hui est illimitée.

Lire la suite

Châtellerault : Grève gagnante chez Giron

La Nouvelle République, 24 septembre 2013 :

Giron, c’est une entreprise familiale presque centenaire (elle a été créée en 1924) qui ne paye pas de mine dans la zone industrielle Nord de Châtellerault. C’est tout de même le leader européen de la fabrication de toiles de criblage (50.000 par an), sortes de tamis pour le tri de cailloux et sable dans les carrières après extraction.

Hier matin, dès 7 h 30, 47 des 105 employés (soit les deux tiers des ateliers) s’étaient mis en grève illimitée pour réclamer ce que la direction leur refuse : une augmentation des salaires de 3 %, dans le cadre de la négociation annuelle des salaires.

Lire la suite