A Roanne et ailleurs, « personne à la rue ! »

Article publié dans « Communisme-Ouvrier » n°35, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Comme beaucoup d’autres villes, Roanne (42) fait face à une situation dramatique : plus de 170 personnes, demandeuses d’asile ou en cours de démarches pour obtenir une carte de séjour, se sont retrouvées sans toit fin juin-début juillet. Parmi elles des enfants, des nouveaux nés, des femmes enceintes, des personnes âgées, des malades ! Rroms du Kosovo, Albanais, Arméniens, etc. Ils ne sont pas là par plaisir, mais ont fui les persécutions dont ils étaient victimes dans leur pays.

Nous avons créé un collectif pour nous opposer à cette situation et pour réclamer l’application du droit à l’hébergement inconditionnel. Notre slogan : « Personne à la rue ! », réclamant que la loi sur l’hébergement inconditionnel soit tout simplement appliquée. Le collectif est constitué d’associations humanitaires (secours catholique, etc.), du RESF, de la LDH, de « la pastorale des migrants », de syndicalistes (CNT, Sud, CGT), de militants politiques (Front de Gauche, les Verts, Union Pour le Communisme), et d’individus non organisés. Parmi les familles exclues de leur logement, certaines se sont engagées et participent au collectif selon leurs possibilités.

Nous avons manifesté, nous nous sommes rassemblés à plusieurs reprises devant les institutions, les représentations de l’Etat, les pouvoirs publics locaux ; nous avons demandé des audiences aux élus. La maire de la ville de Roanne est venue dire aux familles et à leurs enfants (qui sont dans les écoles de la ville), droit dans les yeux, qu’elles continueront à dormir dehors et qu’elle veillerait à ce qu’aucun lieu privé ou public ne soit investi ! Nous avons rencontré quasiment tous les représentants institutionnels de la ville (l’hôpital, les pompiers, etc.) pour faire exister publiquement le problème, donner nos informations, notre vision des faits, et réclamer des solutions.

Malgré cette mobilisation de plus de deux mois maintenant (!), aucune proposition légale ni institutionnelle n’a été faite. La préfecture, relais de la politique du gouvernement actuel, maintient ses portes closes et continue la politique anti-immigré du gouvernement UMP précédent. La mairie, aux mains du PS également, se déresponsabilise totalement, malgré les centaines de logements vides que compte notre ville. Nous avons donc trouvé à héberger des familles par nos propres moyens, grâce à la solidarité de chacun ; via la solidarité religieuse ; nous avons ensuite ouvert un squat, duquel nous avons été expulsés après quatre jours ; puis, toujours sans solutions, nous avons dormi à la rue. Le collectif a apporté son soutien logistique et humain pour payer les frais d’un camping à certaines familles. Objectif : passer le mois d’aout avant de trouver d’autres solutions…

Depuis le début de ce mouvement, nous avons été largement intimidés, manipulés, moqués et réprimés par les polices municipale et nationale. Nous avons été littéralement chassés des lieux publics que nous avons trouvés pour abri. Un père de famille vient d’être arrêté, emmené en Centre de Rétention Administratif (prison pour étrangers), comme un vulgaire criminel, et risque d’être expulsé au Kosovo, qu’il a fui après avoir vu ses parents se faire tuer et lui se faire frapper à mort. Sa femme et ses quatre enfants se retrouvent seuls.

Malgré cela, et grâce à notre mobilisation collective, nous avons obtenu quelques victoires. Deux familles viennent de gagner leur procès contre la préfecture qui sera obligée de les loger !

Le collectif continue et continuera sans relâche ce combat, en se réunissant et en se mobilisant :
– pour le droit concret à un logement inconditionnel pour tous/toutes, français ou immigrés ;
– contre la politique inique et inhumaine envers les étrangers et demandeurs d’asile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s