Manifestations en Irak contre les retraites dorées accordées aux députés

AFP, 31 août 2013 :

Plusieurs milliers d’Irakiens manifestaient samedi matin à Bagdad et dans le sud du pays pour dénoncer les indemnités et retraites dorées accordées aux députés.

Manifestation à Bagdad, 31 août

A Bagdad, où ces manifestations avaient été interdites, quelques centaines de personnes sont descendues dans la rue malgré la présence massive de policiers et de soldats bouclant le centre ville.

A Nassiriya (sud), la police a utilisé un canon à eau et a tiré au gaz lacrymogène sur des manifestants qui tentaient de se rassembler sans autorisation, selon un correspondant de l’AFP sur place et des images de télévision. La police empêchait également des manifestants potentiels venus des environs de se rendre en ville.

A Bassora (sud), où une manifestation a été autorisée, plusieurs centaines de personnes se sont réunies aux cris de: Non, non aux voleurs, tandis que certains agitaient des banderoles proclamant: Nous vous avons choisi pour nous servir et non pour nous voler.

Les députés irakiens se sont octroyés des pensions pouvant atteindre 80% de leur salaire après seulement quatre ans au Parlement.

Ce n’est pas raisonnable que quelqu’un qui n’a travaillé que quatre ans puisse avoir droit à 80% de son salaire, a déclaré un des organisateurs de la manifestation, Abass Kadhem.

A ce rythme-là, au bout de trois législatures le budget du pays sera à sec, a-t-il plaisanté.

Le porte-parole du Premier ministre Nouri al-Maliki a déclaré à l’AFP que le gouvernement appuyait les demandes des manifestants, même s’il s’opposait à certains rassemblements par crainte de débordements.

Le Premier ministre appuie ces demandes et son groupe parlementaire a introduit au Parlement un projet de loi pour réformer les pensions des députés, a rappelé Ali al-Moussaoui, insistant sur le fait que c’était les parlementaires qui avaient refusé de voter le texte.

Mais la situation sécuritaire n’autorise pas des manifestations dont certains groupes pourraient chercher à tirer profit, a-t-il ajouté pour expliquer l’interdiction de plusieurs rassemblements.

Vendredi, le ministère de l’Intérieur avait justifié son refus d’autoriser deux rassemblements à Bagdad en affirmant qu’ils étaient organisés par ceux qui cherchent à recruter les civils pour faire couler plus encore le sang et nuire à la sécurité et à la situation politique du pays.

Les manifestations, qui se sont déroulées dans au moins 10 provinces du pays, interviennent à un moment où la population est particulièrement remontée contre le gouvernement et la classe politique en général, accusés d’incompétence dans leur gérance des services publics et de corruption.

Les autorités semblent de plus incapables de juguler une vague d’attentats qui a vise en particulier la minorité chiite du pays.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme, dont Amnesty International, ont appelé le gouvernement irakien à autoriser ces manifestations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s