En Afrique du Sud, une grève paralyse l’industrie automobile

Le Monde, 22 août 2013 :

En 2010, lors des précédentes négociations salariales dans le secteur, les ouvriers de l’industrie automobile sud-africaine avaient déjà débrayé. Deux semaines de grève leur avaient permis d’obtenir un peu plus de 9 % d’augmentation de salaires par an. Depuis lundi 19 août, plus de 30 000 travailleurs (80 % des effectifs de la production nationale) ont de nouveau cessé le travail dans les usines des sept constructeurs automobiles installés dans le pays, comme à Port Elizabeth (sud) pour General Motors, Volkswagen et Ford, ou à East London (sud) pour Mercedes-Benz.

Cette grève a été déclenchée après trois mois de discussions jugées infructueuses par le syndicat national de la métallurgie (Numsa), qui réclame une hausse annuelle des salaires de 14 % ainsi que des allocations pour le logement et le transport.

Mercredi 21 août, les constructeurs n’avaient toujours pas publiquement relevé leur offre d’une hausse de 8 % par an. Pendant que les négociations se poursuivaient à huis clos, chaque camp a continué à faire entendre ses arguments devant les micros. Numsa a souligné la forte augmentation du coût de la vie dans le pays (6,3 % d’inflation en juillet) et l’écart encore trop important entre les salaires des ouvriers et ceux des cadres.

Une réponse à “En Afrique du Sud, une grève paralyse l’industrie automobile

  1. Pingback: Afrique du Sud: relance des mouvements de grève | Solidarité Ouvrière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s