Un an après le massacre de Marikana

Afrik.com, 16 août 2013 :

L’Afrique du Sud commémore, ce vendredi, la fusillade de Marikana qui a coûté la vie à 34 Sud-africains, le 16 août 2012. Cette fusillade avait également fait 78 blessés. Cette commémoration sera l’occasion pour les Sud-afrcains de rendre hommage aux victimes, malgré la tension qui reste vive entre les deux principaux syndicats des mines du pays.

Le drame de Marikana, survenu il y a un an jour pour jour, est commémoré ce vendredi par les Sud-africains. Le syndicat radical Amcu organise, avec les églises locales, une cérémonie afin de rendre hommage aux victimes et à leurs familles. Ce massacre avait provoqué un traumatisme au sein de la population. Celle-ci a donc tenu à rendre hommage aux victimes, en ce jour anniversaire de la catastrophe.

Rassemblement dans le calme

En dépit de la rivalité qui existe entre les deux principaux syndicats des mines du pays, la commémoration se fera dans le calme. La journée de commémoration sera ponctuée par des moments culturels et religieux. Ainsi, plusieurs centaines de personnes, à 10h00, ont commencé à se rassembler autour du lieu de la fusillade. Des mineurs portant des tee-shirts verts d’AMCU ( Association des mineurs et syndicaux dans la construction) chantaient, tandis que qu’une centaine de personnes étaient montées sur la colline, là où les victimes avaient l’habitude de se rassembler l’an dernier. Une minute de silence est prévue peu après 14h00, l’heure même où la fusillade s’est produite. Des chants, des poèmes, ainsi que des célébrations religieuses doivent rappeler, tout au long de la journée, la mémoire des victimes du massacre. Dans l’après-midi, le recueillement devait laisser la place à des interventions des représentants des mineurs et de la direction, et à un point sur les travaux de la commission d’enquête, qui n’ont toujours pas débouché, un an après.

Libération, 16 août 2013 :

Des milliers de mineurs sud-africains se sont rassemblés ce vendredi à la mine de Marikana pour commémorer la fusillade ayant fait 34 morts, le 16 août 2012.

Un an après la fusillade meurtrière de la mine de platine de Marikana, au nord de l’Afrique du Sud, quelques 10.000 mineurs se sont rassemblés sur la bien mal-nommée «Colline des merveilles», afin de commémorer cette tragédie. Le 16 août 2012, la police sud-africaine, débordée par les mineurs grévistes demandant des augmentations de salaire, avait ouvert le feu sur la foule, faisant 34 morts et 78 blessés. Un évènement considéré comme le pire drame dans le pays depuis la fin du régime ségrégationniste de l’apartheid, en 1994.

Dès 11 heures, des groupes de travailleurs et les familles des victimes se sont dirigés vers le lieu de la fusillade, un terrain vague proche des installations minières, en entonnant des chants traditionnels. Les représentants des mineurs ont ensuite pris la parole durant la cérémonie, tout comme le dirigeant de la compagnie britannique Lomin, propriétaire de la mine de Marikana, qui s’est dit «désolé» de la mort de ses employés. «Autant de vies n’auraient pas dû être perdues […]. Nous devons apprendre que cela n’aurait pas dû arriver et que cela ne doit plus jamais arriver», a déclaré Ben Magara, le PDG de Lomin, ajoutant que «tous les jours, nous ressentons les conséquences de cette tragédie». Une minute de silence a été observée à 16 heures, à l’heure précise où la police avait ouvert le feu, après la lecture solennelle des noms des victimes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s