Archives quotidiennes : 06/08/2013

Loomis : les convoyeurs en grève reçus à 15h30 en préfecture

Lyon Capitale, 6 août 2013 :

Les négociations avec leur direction n’ayant pas abouti ce lundi, les convoyeurs de fonds de Loomis avaient demandé à être reçus par le Préfet dans la foulée. Un souhait réalisé puisque, depuis 15h30 ce mardi après-midi, les salariés de Loomis Lyon sont dans les bureaux de la Préfecture du Rhône afin de négocier les conditions de leur retour au travail.

« Demain sera notre 10e jour de grève. A nos yeux, c’est un cap, symbolique certes, mais un cap quand même : si on le dépasse, trois semaines, un mois… Qu’importe, on ira jusqu’au bout », nous a confié le délégué CGT de Loomis Lyon, Patrice Jullien, juste avant d’entrer dans les bureaux de la Préfecture.

Lire la suite

Publicités

Manifestation à Paris de solidarité avec l’opposition tunisienne

AFP, 6 août 2013 :

Près de deux cents personnes se sont rassemblées mardi à Paris pour réclamer la démission du gouvernement tunisien dirigé par les islamistes d’Ennahda, peu avant la tenue d’une grande manifestation de l’opposition à Tunis.

Réunis à l’appel du Front de Salut national, les manifestants se sont rassemblés en fin de journée place de la République derrière une banderole proclamant « Ennahda, dégage », à l’occasion des six mois du meurtre de l’opposant Chokri Belaïd, tué le 6 février.

Lire la suite

Tunisie : Chokri Belaïd commémoré devant la Constituante

RFI, 6 août 2013 :

A Tunis, les opposants au gouvernement islamiste se rassemblaient ce mardi 6 août dans la soirée devant le siège de l’Assemblée nationale constituante (ANC), dont le président vient d’annoncer la suspension des travaux jusqu’à ce que des négociations débutent pour mettre fin à la crise politique. Le rassemblement a pour but de marquer les six mois du meurtre de l’opposant Chokri Belaïd, tué le 6 février à Tunis.

La mobilisation a une fois de plus pour objectif de demander la démission du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée constituante. Celle-ci va d’ailleurs cesser ses travaux jusqu’à ce que de nouvelles négociations s’engagent entre le gouvernement et l’opposition, a annoncé à la télévision d’Etat son président Mustapha Ben Jaafar. « J’appelle tout le monde à participer au dialogue », a-t-il déclaré.

Lire la suite

Manifestation et répression à Sidi Bouzid

Le Matin, 6 août 2013, Extraits :

La tension est à nouveau montée d’un cran à Sidi Bouzid, dans le centre du pays. Berceau de la révolution tunisienne, où le vendeur ambulant Mohammed Bouazizi s’était immolé par le feu, déclenchant le soulèvement qui a provoqué la chute de Ben Ali. La police a tiré en l’air et fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants qui réclamaient la démission du gouvernement dirigé par les islamistes d’Ennahda.

Selon des témoins, qui se sont confiés à l’AFP, les forces de l’ordre sont intervenues au moment où des protestataires tentaient d’empêcher le gouverneur d’entrer dans la mairie. L’opposition laïque a en effet appelé à un mouvement de désobéissance civile et d’occupation des bâtiments publics pour obtenir la démission du gouvernement.

Lire la suite

Hongrie : Perpétuité pour les tueurs de Rroms

Hu lala, 6 août 2013 :

De janvier 2008 à août 2009, une série d’attaques contre des Roms a coûté la vie à six personnes. La Justice hongroise a condamné ce mardi matin – selon un jugement non-définitif, en première instance – trois hommes à la prison à perpétuité pour crimes racistes et un quatrième à une réclusion de 13 ans, rapporte l’agence de presse hongroise MTI.

Mardi matin au Tribunal de Pest : beaucoup de Roms, des proches des victimes, des militants antiracistes

Les quatre condamnés étaient membres d’un groupe de supporters du club de football de Debrecen (dans l’est de la Hongrie) et partisans d’une idéologie raciste. Ils sont accusés d’avoir tué six personnes et blessé grièvement cinq autres au cours de neuf attaques, la plupart dans le nord-est du pays – à Kisléta, Tiszalök, Piricse, Nagycsécs… – dans des régions anciennement industrielles où la proportion de Tsiganes est la plus importante et où le parti d’extrême-droite Jobbik prospère aujourd’hui sur les ruines du parti socialiste.

Leur mode opératoire – répété lors de plusieurs opérations, mais pas toutes – était particulièrement sordide : ils mettaient le feu à une habitation à l’aide de cocktails Molotov puis deux tireurs abattaient ses occupants fuyant les flammes avec des armes à feu. La série d’assassinats a culminé le 23 février 2009, dans la ville de Tatárszentgyörgy au centre du pays, avec les meurtres d’un homme de 27 ans, Róbert Csorba, et de son fils de 4 ans, Robika, abattus alors qu’ils fuyaient leur maison en feu. Le 2 août 2009, trois semaines avant l’arrestation des quatre suspects, une mère a été tuée et sa jeune fille de 13 ans grièvement blessée dans les mêmes conditions.

Lire la suite

Grève chez Loomis à Lyon : les convoyeurs bloquent le centre fort

Lyon Mag, 6 août 2013 :

Depuis 6 heures, mardi matin, les convoyeurs en grève de chez Loomis empêchent les fourgons de sortir du centre fort, à Lyon 7e.

Conséquences : les distributeurs de billets ne sont plus approvisionnés et les coffres-forts de différentes grandes enseignes de l’agglomération lyonnaise ne sont pas vidés. D’où l’inquiétude qui monte chez les responsables de magasins.
En revanche il n’y a pas de risques de pénurie dans les distributeurs des banques, ceux-ci ne dépendent pas d’une seule société de convoyeurs de fonds et sont donc toujours approvisionnés.

Lire la suite

Augmentation des grèves à travers l’Iran

iran workers demo_0

Iran Manif 5 août – L’Iran a été frappé par une nouvelle vague de grèves contre les salaires impayés, la mauvaise gestion et la négligence des employeurs.

À l’usine de canne à sucre de Haft-Tapeh à Ahvaz (sud-ouest de l’Iran), plus de 500 employés se sont mis en grève le 29 juillet, exigeant que cesse l’atmosphère d’oppression qui règne dans l’usine depuis la dernière grève de 2007. Ils protestaient aussi parce avaient dû rendre les logements du site aux Gardiens de la Révolution.

Dans la ville de Boroujen, plus de 100 travailleurs retraités se sont rassemblés devant la Sécurité sociale le 28 juillet pour protester contre le non versement de leurs pensions depuis six mois, soit depuis leur départ à la retraite. La manifestation s’est poursuivie tard dans la nuit et ils sont décidés à persévérer jusqu’à obtenir satisfaction. Lire la suite