Afrique du Sud : nouvelles violences à la mine de Marikana

JOHANNESBURG, 30 juillet 2013 (AFP)De nouvelles violences ont endeuillé ce week-end les abords de la mine de platine de Marikana, au nord de l’Afrique du Sud, où des luttes syndicales n’ont pas cessé depuis la sanglante grève de 2012, a indiqué la police mardi.

mineurs_et_policier

Un homme de 49 ans a été abattu par des inconnus dimanche soir, selon le colonel Sabata Mokgwabone, porte-parole de la police provinciale.

« Il semble que la victime se rendait au travail quand des inconnus se sont approchés et lui ont tiré dessus avec une arme à feu sur le corps et le cou. (…) L’enquête préliminaire a montré que quatre coups de feu ont été tirés et que la victime est un employé de Lonmin », le groupe britannique qui exploite la mine de Marikana, a-t-il expliqué à l’agence Sapa.  

Les suspects ont fui en voiture et la police n’a procédé à aucune arrestation, selon lui.

Frans Baleni, le secrétaire général du Syndicat national des mineurs (NUM), ancienne organisation majoritaire à Marikana, a relevé que la victime était l’un de ses membres, regrettant que 15 personnes aient été tuées ces derniers mois sans que quiconque ait été arrêté.

« Des crimes continuent à être commis, avec de l’intimidation, de la violence. Nous appelons (…) la police et les services judiciaires à faire leur travail », a-t-il déclaré à la radio 702.

Contacté par l’AFP, le NUM n’a pu commenter l’information dans l’immédiat.

Des militants du syndicat avaient déjà été agressés le week-end précédent.

Dans un incident séparé, un propriétaire d’un taxi collectif a été tué vendredi soir et un autre homme a été blessé à la station de taxis de Marikana. Trois hommes ont ouvert le feu sur eux, selon le porte-parole de la police.

La mine de Marikana a été le théâtre d’une longue et sanglante grève en 2012, au cours de laquelle la police a ouvert le feu sur un groupe de travailleurs, faisant 34 morts.

Les rivalités syndicales n’ont pas cessé depuis. Le NUM, proche du pouvoir et accusé de complaisance avec le patronat, a été progressivement supplanté par Amcu, un syndicat plus radical. Le NUM a saisi une commission d’arbitrage, jugeant qu’une partie des bulletins d’adhésion de son rival sont des faux.

http://www.afriqueexpansion.com/depeches-afp/10864-afrique-du-sud-nouvelles-violences-a-la-mine-de-marikana-.html

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s