Archives quotidiennes : 30/07/2013

Bouaké : les enseignants de l’Université Alassane Ouattara en grève

Bouaké – Les enseignants-chercheurs de l’Univeristé Alassane Ouattara (UAO) se réclamant de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC), ont entamé lundi un arrêt de travail, pour exiger le paiement de tous les arriérés en souffrance à l’Inspection générale des finances (IGF), et de trois ans de primes de correction et de délibération (de 2007 à 2010).

20130702_170903_resized
« Cet arrêt de travail concerne toutes les activités académiques et pédagogiques et durera une semaine renouvelable jusqu’à la satisfaction des revendications », a informé le secrétaire général de la section régionale de la CNEC, section Bouaké, Roger Tro Dého, dans une lettre adressée au président de l’UAO dont copie est parvenue à l’AIP.   Lire la suite

Zoo de Granby : les travailleurs se dotent d’un mandat de grève de 3 jours

Un conflit de travail se profile au Zoo de Granby, où une proposition de grève de trois jours a été adoptée par une partie des syndiqués, affiliés à la CSN.

723732

Ces journées seraient observées aux moments jugés opportuns.

Les travailleurs visés par ce vote de grève sont ceux responsables des soins animaliers, de l’entretien, des services administratifs et des services éducatifs.  Lire la suite

Afrique du Sud : nouvelles violences à la mine de Marikana

JOHANNESBURG, 30 juillet 2013 (AFP)De nouvelles violences ont endeuillé ce week-end les abords de la mine de platine de Marikana, au nord de l’Afrique du Sud, où des luttes syndicales n’ont pas cessé depuis la sanglante grève de 2012, a indiqué la police mardi.

mineurs_et_policier

Un homme de 49 ans a été abattu par des inconnus dimanche soir, selon le colonel Sabata Mokgwabone, porte-parole de la police provinciale.

« Il semble que la victime se rendait au travail quand des inconnus se sont approchés et lui ont tiré dessus avec une arme à feu sur le corps et le cou. (…) L’enquête préliminaire a montré que quatre coups de feu ont été tirés et que la victime est un employé de Lonmin », le groupe britannique qui exploite la mine de Marikana, a-t-il expliqué à l’agence Sapa.   Lire la suite

Unieux (42) : Aperam Précision en grève depuis une semaine

Sur le site métallurgique menacé de fermeture, le travail a cessé à l’appel de la CGT. Dans le cadre des  négociations du Plan de sauvegarde de l’emploi, le syndicat entend négocier une indemnité supra-légale versée aux salariés qui seront licenciés.

Avec la fermeture su site, la plupart des salariés devraient perdre leur emploi.

Avec la fermeture su site, la plupart des salariés devraient perdre leur emploi.

L’appel à la grève lancé par la CGT, syndicat majoritaire dans l’entreprise, s’inscrit dans le cadre des négociations en cours du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), notamment sur une indemnité supra-légale versée aux salariés qui seront licenciés.   Lire la suite

Deux Roms blessés dans une « expédition punitive » montée par une quinzaine de personnes contre le campement

Un campement en Seine-Saint-Denis a été attaqué par des individus armés de barres de fer et de battes de baseball.

Des policiers expulsent au petit matin un camp de Roms a Montreuil en Seine Saint Denis. ( Francois Lafite / Wostok Press / Maxppp )

Des policiers expulsent au petit matin un camp de Roms a Montreuil en Seine Saint Denis. ( Francois Lafite / Wostok Press / Maxppp )

Deux Roms ont été blessés dans la nuit de vendredi à samedi 27 juillet, dont l’un très grièvement, au cours d’une « expédition punitive » montée par une quinzaine de personnes contre le campement dans lequel ils vivaient à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de sources concordantes.   Lire la suite

Grève des enseignants au Paraguay : 10 000 écoles fermées

Le Courrier International, 30 juillet 2013 :

« La grève des enseignants continue et le ministère de l’Education prolongera les cours jusqu’à la veille de Noël », titre le journal d’Asunción. Des milliers de professeurs de l’enseignement primaire et secondaire poursuivent la grève lancée lundi 29 juillet. Les enseignants demandent une augmentation budgétaire pour l’éducation de 321 milliards de guaranis (54 milliards d’euros) pour « améliorer les salaires des enseignants, assurer la gratuité de l’accès à l’école, améliorer les retraites et assurer le paiement de 3 000 enseignants supplémentaires », indique le quotidien.

La demande de l’augmentation du budget a été rejetée par le ministre de l’Economie et des Finances, Manuel Ferreira. De son côté, le ministère de l’Education et la Culture a confirmé que le salaire des enseignants grévistes sera réduit pour les jours non travaillés. Selon une estimation 10 000 écoles sont restées fermées dans tout le pays.

Lire la suite

Egypte 26 juillet, 20 H : Foules dans les rues et bonapartisme

Comme on pouvait s’y attendre, une foule énorme ( mais moins que le 30 juin) a répondu à l’appel de Sissi , de quasi tous les partis d’opposition (sauf les salafistes, les socialistes révolutionnaires, Fotouh et le mouvement du 6 avril), des syndicats, de quasi toute la presse, du pape copte et d’Al Azhar, demandant un mandat du peuple pour lui permettre de mener sa lutte contre le terrorisme. En fait c’est un plébiscite. Sissi avait besoin du soutien du peuple contre les pressions occidentales et la résistance des Frères Musulmans et ça il le dit, mais aussi, et ça il ne le dit pas, contre la vague de grèves qui réapparaissait depuis trois jours.

Photo des anti-Morsi place Tahrir à 18 H 30

Photo des anti-Morsi place Tahrir le 26 juillet à 18 H 30

En détournant la révolution sociale en marche, pour protéger la propriété, l’armée, soutenue par l’opposition laïque et de gauche, tente de se positionner en Bonaparte. Le but c’est de dévier le cours de la colère populaire contre les Frères Musulmans, qui eux, acculés à la survie, mènent un combat à la vie à la mort, et, en même temps de s’appuyer sur cette résistance des Frères ( qui ont réalisé aujourd’hui une manif bien inférieure en nombre mais non négligeable quand même) pour élever l’Etat au dessus du peuple, redorer son blason et lui permettre dès qu’il en aura l’occasion de s’en prendre directement à la révolution. La situation de révolution permanente où la révolution démocratique est bousculée par la révolution sociale qui n’est pas encore arrivée à maturité faute d’expression politique, donne, tant que ce processus n’est pas abouti, un espace au bonapartisme.

Lire la suite