Grève demain matin à l’hôpital de Beauvais

Le syndicat majoritaire dénonce les économies envisagées sur les emplois. C’est le principal volet du retour à l’équilibre budgétaire envisagé pour 2014. Des audits sont en cours.

L'entrée de l'hôpital, qui réunit 955 lits : 66 000 personnes ont franchi les portes des urgences en 2012.

L’entrée de l’hôpital, qui réunit 955 lits : 66 000 personnes ont franchi les portes des urgences en 2012.

L’équilibre budgétaire aura été de courte durée. Annoncé en fanfare fin 2010, il aura fallu moins de trois ans pour que l’hôpital dérape à nouveau. Et soit soumis à des adaptations qui inquiètent le personnel. La CGT appelle à la grève demain matin, jeudi 25 juillet, sans triomphalisme. Presqu’un agent sur deux – ils sont 2 300 équivalent temps plein – est en vacances.

Compte tenu des réquisitions, puisque le service public hospitalier ne s’arrête jamais, le mouvement ne sera pas un tsunami. « Peu importe » réagit Éric Couq, le secrétaire de la section CGT qui relit, hier matin, le tract d’appel à la grève. Mot d’ordre : « Agissons contre le plan de retour à l’équilibre » qui est un « plan social », selon la CGT.

« Le budget 2013 transmis dans sa dernière version, au mois de juillet, à l’Agence régionale de la santé (Ndlr : la tutelle du système de santé) a dû être accompagné d’un plan de retour à l’équilibre sur deux ans. On ne peut pas présenter un budget en déficit » explique Isabelle Parent, directrice adjointe de l’hôpital.

Les salaires : 72 % du budget

L’ARS a donné un coup de pouce, « une subvention d’équilibre de 2 millions » assortie d’une injonction de retour à l’équilibre d’ici fin 2014. L’hôpital a recruté une directrice adjointe « de l’optimisation et de la performance » – la CGT l’appelle « la nettoyeuse ». L’ARS octroie 200 000 € supplémentaires pour un audit, plus 100 000 € pour la certification des comptes.

L’ultime réunion de négociation, lundi, entre le syndicat majoritaire (la CGT a recueilli 62 % des voix en 2011) et la direction a échoué sur le choix des économies envisagées. Les salaires, qui représentent 72 % du budget de 150 M€, représentent le principal levier de manœuvre, selon la direction. Elle table sur une baisse de 2,4 M€ des traitements (800 000 € en 2013 et 1,6 M€ en 2014). Soit la moitié des 4,9 M€ d’économie (dont 2,6 M€ en 2013) envisagés d’ici fin 2014.

Baisse d’activité cette année

« Déjà que les départs en mutation ne sont pas remplacés, ni les départs en retraite, ni les congés longue maladie…» peste Éric Couq. Des contrats non renouvelés ont servi de test revendicatif, notamment au laboratoire (lire l’interview ci-desssous). « Pour économiser 800 000 € cette année, l’hôpital en dépense 300 000 en audit et certification, sans vision politique ni syndicale » raille le syndicaliste.

Le retour à l’équilibre budgétaire n’est pourtant pas contesté par la CGT. Plutôt préparer le futur que de traîner une dette boulet. Mais il y a la « manière », même si la direction utilise d’autres leviers d’économie sur les stocks, les dépenses logistiques, les dépenses pharmaceutiques.

Comble de malchance, le ralentissement de l’activité hospitalière – phénomène national – a réduit les recettes et gonflé le déficit. Quand l’hôpital avait affiché son premier fragile retour à l’équilibre, en 2010, l’activité était en forte croissance.

http://www.courrier-picard.fr/region/greve-demain-matin-a-l-hopital-ia186b0n142640

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s