Argentine: le défi de l’«usine sans patron»

On l’appelle FaSinPat pour Fabrica Sin Patrones. Située à Neuquén, au centre-est de l’Argentine, cette fabrique de céramiques est un symbole des luttes sociales du pays.

En 2001, face au lock-out imposé par leur propriétaire, Luigi Zanon, et alors que le pays est en proie à une grave crise économique, les ouvriers prennent le contrôle de l’usine. En décembre 2012, après onze ans de procédures, ils ont obtenu l’expropriation de leur ancien patron. Aujourd’hui, 437 ouvriers­ propriétaires de l’usine gagnent le même salaire, et gèrent ensemble l’entreprise. L’avenir de FaSinPat est toujours incertain. Pour faire face à la concurrence, l’usine doit se moderniser mais les banques lui refusent tout soutien.

01 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier de l’usine de céramiques FaSinPat débute sa journée : « J’aime venir travailler car, ici, il n’y a pas de dirigeant, pas de leader. Nous fonctionnons de façon totalement horizontale. »

01
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier de l’usine de céramiques FaSinPat débute sa journée : « J’aime venir travailler car, ici, il n’y a pas de dirigeant, pas de leader. Nous fonctionnons de façon totalement horizontale. »

02 Janvier 2013, Neuquén, Argentine. Il existe entre les ouvriers une solidarité très forte, une « fraternité », disent certains. Tous ont le même statut, les mêmes droits, le même salaire, environ 6 000 pesos par mois (850 euros).

02
Janvier 2013, Neuquén, Argentine. Il existe entre les ouvriers une solidarité très forte, une « fraternité », disent certains. Tous ont le même statut, les mêmes droits, le même salaire, environ 6 000 pesos par mois (850 euros).
03 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ « Zanon appartient au peuple. » Usine autogérée depuis plus de onze ans, FaSinPat­Zanon fait figure d'exception en Argentine. La plupart des autres entreprises autogérées ont abandonné ce modèle peu après la crise économique de 2001.

03
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ « Zanon appartient au peuple. » Usine autogérée depuis plus de onze ans, FaSinPat­Zanon fait figure d’exception en Argentine. La plupart des autres entreprises autogérées ont abandonné ce modèle peu après la crise économique de 2001.

04 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier procède à l’entretien d’une des machines de l’usine. Ces dernières sont pour la plupart trop vieilles pour que l'usine reste compétitive. Des millions de pesos sont nécessaires pour la moderniser, mais ni les banques, ni l'État n'acceptent d’aider.

04
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier procède à l’entretien d’une des machines de l’usine. Ces dernières sont pour la plupart trop vieilles pour que l’usine reste compétitive. Des millions de pesos sont nécessaires pour la moderniser, mais ni les banques, ni l’État n’acceptent d’aider.

 

05 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ En décembre 2012, après onze ans de procédures, les ouvriers ont obtenu l'expropriation officielle de leur ancien patron, Luigi Zanon. Durant cette même période, l'usine est passée de 230 ouvriers à 437.

05
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ En décembre 2012, après onze ans de procédures, les ouvriers ont obtenu l’expropriation officielle de leur ancien patron, Luigi Zanon. Durant cette même période, l’usine est passée de 230 ouvriers à 437.

06 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans la partie de l’usine où la pierre argileuse est transformée en pâte, d’impressionnantes cheminées crachent une fumée épaisse. L’usine FaSinPat­Zanon est la plus grande entreprise de céramiques de la province de Neuquén.

06
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans la partie de l’usine où la pierre argileuse est transformée en pâte, d’impressionnantes cheminées crachent une fumée épaisse. L’usine FaSinPat­Zanon est la plus grande entreprise de céramiques de la province de Neuquén.

07 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier pousse une brouette remplie de pierres d’argile.

07
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier pousse une brouette remplie de pierres d’argile.

Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ À l’heure de la pause déjeuner, au fond de l’usine, trois ouvriers ont sorti des chaises et discutent en mangeant leurs sandwiches.

Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ À l’heure de la pause déjeuner, au fond de l’usine, trois ouvriers ont sorti des chaises et discutent en mangeant leurs sandwiches.

09 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ S’il n’y a pas de rapport hiérarchique entre les ouvriers, il existe toutefois des “coordinateurs d’équipe”. Ils ne donnent pas d’ordre, mais organisent le travail.

09
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ S’il n’y a pas de rapport hiérarchique entre les ouvriers, il existe toutefois des “coordinateurs d’équipe”. Ils ne donnent pas d’ordre, mais organisent le travail.

10 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans les entreprises privées concurrentes de FaSinPat, les ouvriers sont payés 3 000 pesos de plus chaque mois (425 euros). Mais aucun des « Zanon » rencontrés ce jour-­là ne voudrait les rejoindre. « Ils ne sont pas libres », expliquent-­ils.

10
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans les entreprises privées concurrentes de FaSinPat, les ouvriers sont payés 3 000 pesos de plus chaque mois (425 euros). Mais aucun des « Zanon » rencontrés ce jour-­là ne voudrait les rejoindre. « Ils ne sont pas libres », expliquent-­ils.

11 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Deux ouvriers discutent à leur poste de travail en triant les plaques de céramiques.

11
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Deux ouvriers discutent à leur poste de travail en triant les plaques de céramiques.

12 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ « L'usine est à nous. La révolution est le futur », proclame le graffiti sur un des murs de l'usine. Les ouvriers de FaSinPat veulent créer une force politique révolutionnaire, opposée au gouvernement de la présidente Cristina Kirchner.

12
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ « L’usine est à nous. La révolution est le futur », proclame le graffiti sur un des murs de l’usine. Les ouvriers de FaSinPat veulent créer une force politique révolutionnaire, opposée au gouvernement de la présidente Cristina Kirchner.

13 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Tout un pan de l’action des ouvriers concerne les quartiers populaires, comme ici le barrio de la Nueva Espana. Ils donnent gratuitement de la céramique aux écoles, hôpitaux ou dans les bidonvilles.

13
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Tout un pan de l’action des ouvriers concerne les quartiers populaires, comme ici le barrio de la Nueva Espana. Ils donnent gratuitement de la céramique aux écoles, hôpitaux ou dans les bidonvilles.

14 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans le bidonville de la Nueva Espana, les « Zanon » ont construit un centre médical. Mais ce jour-là, Elisa Cisterna, 40 ans, ouvrière chez FaSinPat, apprend par les habitants que le centre est fermé depuis de nombreux mois. « Apparemment, le gouvernement n'envoie plus aucun médecin pour assurer les permanences. Nous allons devoir une nouvelle fois nous mobiliser », explique-­t­-elle.

14
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans le bidonville de la Nueva Espana, les « Zanon » ont construit un centre médical. Mais ce jour-là, Elisa Cisterna, 40 ans, ouvrière chez FaSinPat, apprend par les habitants que le centre est fermé depuis de nombreux mois. « Apparemment, le gouvernement n’envoie plus aucun médecin pour assurer les permanences. Nous allons devoir une nouvelle fois nous mobiliser », explique-­t­-elle.

 

15 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans un autre bidonville de Neuquén, les rues sont désertes. Ici, les « Zanon » ont aidé une famille à agrandir sa maison, une condition nécessaire pour qu’ils puissent soigner l’aîné de leur enfant, Guillermo, souffrant d’une grave insuffisance respiratoire.

15
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Dans un autre bidonville de Neuquén, les rues sont désertes. Ici, les « Zanon » ont aidé une famille à agrandir sa maison, une condition nécessaire pour qu’ils puissent soigner l’aîné de leur enfant, Guillermo, souffrant d’une grave insuffisance respiratoire.

Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ La mère de Guillermo tient dans ses bras son deuxième enfant. Elle explique que sans les « Zanon », et la pièce supplémentaire qu’ils ont aidé à construire, « son fils serait mort aujourd’hui ».

Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ La mère de Guillermo tient dans ses bras son deuxième enfant. Elle explique que sans les « Zanon », et la pièce supplémentaire qu’ils ont aidé à construire, « son fils serait mort aujourd’hui ».

17 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ À l’entrée de l’usine FaSinPat, la pointeuse permet à chaque ouvrier d’indiquer les heures de travail qu’il a effectuées au cours d’une journée.

17
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ À l’entrée de l’usine FaSinPat, la pointeuse permet à chaque ouvrier d’indiquer les heures de travail qu’il a effectuées au cours d’une journée.

18 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Mariello Morales, la cinquantaine, dirige aujourd'hui le puissant syndicat des céramistes de Neuquén. Le syndicat fédère les ouvriers de FaSinPat et ceux des autres usines de céramiques de la province. Certaines de ces usines ont suivi la voie de FaSinPat et fonctionnent aujourd’hui en autogestion.

18
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Mariello Morales, la cinquantaine, dirige aujourd’hui le puissant syndicat des céramistes de Neuquén. Le syndicat fédère les ouvriers de FaSinPat et ceux des autres usines de céramiques de la province. Certaines de ces usines ont suivi la voie de FaSinPat et fonctionnent aujourd’hui en autogestion.

19 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Alejandro Lopez, 40 ans, est l'homme de toutes les luttes chez FaSinPat. Il a débuté dans l'usine à 19 ans, a été aux avant-­postes lors de la prise de contrôle en 2001 et a depuis occupé les fonctions de secrétaire général du syndicat des céramistes et de député au Parlement de la province de Neuquén. Et aujourd'hui ? « Aujourd'hui, je suis retourné à mon poste de travail. Je suis simple ouvrier. C'est notre façon de fonctionner. »

19
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Alejandro Lopez, 40 ans, est l’homme de toutes les luttes chez FaSinPat. Il a débuté dans l’usine à 19 ans, a été aux avant-­postes lors de la prise de contrôle en 2001 et a depuis occupé les fonctions de secrétaire général du syndicat des céramistes et de député au Parlement de la province de Neuquén. Et aujourd’hui ? « Aujourd’hui, je suis retourné à mon poste de travail. Je suis simple ouvrier. C’est notre façon de fonctionner. »

20 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Mario Lopez, 57 ans, est l'un des plus anciens ouvriers de l'usine. Il y travaille depuis vingt-cinq ans. Il a connu l'époque Zanon : « Ce n’est pas comparable. Avant, nous étions très contrôlés et sous pression permanente. Aujourd'hui, nous travaillons librement. »

20
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Mario Lopez, 57 ans, est l’un des plus anciens ouvriers de l’usine. Il y travaille depuis vingt-cinq ans. Il a connu l’époque Zanon : « Ce n’est pas comparable. Avant, nous étions très contrôlés et sous pression permanente. Aujourd’hui, nous travaillons librement. »

21 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Marios Parra, 19 ans, est l'un des plus jeunes employés de l’usine. L'assemblée générale des ouvriers a voté son embauche il y a deux ans, à condition qu’il suive parallèlement des cours dans le lycée de l’usine créé en 2006. L’école FaSinPat compte aujourd’hui environ 80 élèves, issus pour la plupart des milieux les plus modestes.

21
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Marios Parra, 19 ans, est l’un des plus jeunes employés de l’usine. L’assemblée générale des ouvriers a voté son embauche il y a deux ans, à condition qu’il suive parallèlement des cours dans le lycée de l’usine créé en 2006. L’école FaSinPat compte aujourd’hui environ 80 élèves, issus pour la plupart des milieux les plus modestes.

22 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ L'histoire d'Aukan, 28 ans, est symbolique des liens qui existent entre les « Zanon » et les indiens mapuches. Avant 2001, les Mapuches combattaient Luigi Zanon, qui exploitait leurs terres pour y récupérer l'argile nécessaire à la production de céramiques. Ils réussirent à bloquer les livraisons de matière première. Mais en 2001, quand les ouvriers ont pris le contrôle de l'usine, les Mapuches les ont soutenus et ont à nouveau permis l'approvisionnement en argile. Un an plus tard, en 2002, pour remercier les Mapuches, les ouvriers ont embauché l'un des leurs, Aukan.

22
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ L’histoire d’Aukan, 28 ans, est symbolique des liens qui existent entre les « Zanon » et les indiens mapuches. Avant 2001, les Mapuches combattaient Luigi Zanon, qui exploitait leurs terres pour y récupérer l’argile nécessaire à la production de céramiques. Ils réussirent à bloquer les livraisons de matière première. Mais en 2001, quand les ouvriers ont pris le contrôle de l’usine, les Mapuches les ont soutenus et ont à nouveau permis l’approvisionnement en argile. Un an plus tard, en 2002, pour remercier les Mapuches, les ouvriers ont embauché l’un des leurs, Aukan.

 

23 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Pablo Sepulveda, la trentaine, est chargé des visites de l’usine pour les écoles ou les délégations étrangères. Il tient dans ses mains deux pierres d’argile.

23
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Pablo Sepulveda, la trentaine, est chargé des visites de l’usine pour les écoles ou les délégations étrangères. Il tient dans ses mains deux pierres d’argile.

http://www.mediapart.fr/portfolios/argentine-le-defi-de-l-usine-sans-patron

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une réponse à “Argentine: le défi de l’«usine sans patron»

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s