Archives quotidiennes : 23/07/2013

Peugeot Sochaux : Petit débrayage avant les congés

Montbéliard. « Dommage d’en arriver là pour se faire entendre !». « Là » ? C’est-à-dire stopper des lignes de montage sochalienne. Ce mardi, durant une demi-heure le matin, puis une demi-heure l’après-midi, la production des portes de la nouvelles 308 a été perturbée. Selon la CFDT, à l’origine de ce mouvement surprise de débrayage, une vingtaine de salariés (sur une équipe de quarante, dont des intérimaires) ont temporairement cessé le travail.

photo-archives-er-illustration

«La productivité que veut réaliser PSA avec le nouveau véhicule est très mal supportée», explique Guy Miseré, responsable syndical à la CFDT et élu au CE. « Les postes sont trop chargés déjà actuellement et les salariés sont inquiets de la suppression de aides sur ces lignes prévue à la rentrée». « ça fait deux mois qu’on fait remonter ses problèmes sans être entendus, ni même écoutés», s’indigne-t-il.

Lire la suite

Publicités

La Ferté-Macé. Les salariés de General Cable en débrayage ce mardi

L’activité a été stoppée ce mardi au sein de l’entreprise de fabrication de faisceaux d’allumage pour le secteur automobile.

Tous les salariés de l’équipe du matin ont fait grève, de 11 h à 13 h ce mardi.

Tous les salariés de l’équipe du matin ont fait grève, de 11 h à 13 h ce mardi.

Les équipes du matin et de l’après midi se sont relayées pour manifester leur mécontentement, au sein de l’entreprise. « Quand nous avons été rachetés par General Cable en avril 2010, on nous avait promis qu’on ne perdrait rien, tempête Charles Pingault, délégué syndical CFDT et secrétaire du comité d’entreprise. Mais aujourd’hui les salaires et les primes stagnent et les conditions de travail se détériorent. » Cette grève ponctuelle ne devrait pas être reconduite.

« C’est un avertissement », conclut Charles Pingault.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-La-Ferte-Mace.-Les-salaries-de-General-Cable-en-debrayage-ce-mardi_40771-2214559-pere-bno_filDMA.Htm

Argentine: le défi de l’«usine sans patron»

On l’appelle FaSinPat pour Fabrica Sin Patrones. Située à Neuquén, au centre-est de l’Argentine, cette fabrique de céramiques est un symbole des luttes sociales du pays.

En 2001, face au lock-out imposé par leur propriétaire, Luigi Zanon, et alors que le pays est en proie à une grave crise économique, les ouvriers prennent le contrôle de l’usine. En décembre 2012, après onze ans de procédures, ils ont obtenu l’expropriation de leur ancien patron. Aujourd’hui, 437 ouvriers­ propriétaires de l’usine gagnent le même salaire, et gèrent ensemble l’entreprise. L’avenir de FaSinPat est toujours incertain. Pour faire face à la concurrence, l’usine doit se moderniser mais les banques lui refusent tout soutien.

01 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier de l’usine de céramiques FaSinPat débute sa journée : « J’aime venir travailler car, ici, il n’y a pas de dirigeant, pas de leader. Nous fonctionnons de façon totalement horizontale. »

01
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier de l’usine de céramiques FaSinPat débute sa journée : « J’aime venir travailler car, ici, il n’y a pas de dirigeant, pas de leader. Nous fonctionnons de façon totalement horizontale. »

Lire la suite

Solidaires 33 dénonce la perquisition de ses locaux comme une atteinte à la liberté syndicale

Jeudi dernier, suite à l’interpellation de plusieurs membres du DAL 33 consécutive à l’occupation illégale d’un appartement bordelais, la police avait perquisitionné les locaux.

C'est cet appartement à Bordeaux qui avait été occupé illégalement (Claude Petit)

C’est cet appartement à Bordeaux qui avait été occupé illégalement (Claude Petit)

Le communiqué signé du syndicat Solidaires 33 donne le ton. « Le jeudi 18 juillet 2013 au matin, sur ordre du procureur de la république, la police a forcé les portes du 8 rue de la course pour perquisitionner nos locaux ».Ce jour-là, suite à l’interpellation de plusieurs membres du DAL33 (Droit au logement) consécutive à l’occupation illégale d’un appartement Bordelais, la police avait en effet perquisitionné les locaux de Solidaires 33.

Lire la suite

Blocage complet de l’usine Mapei à Laval

Tôt hier matin, une soixantaine de travailleurs et de travailleuses sont allé-e-s prêter main forte aux ouvrières et ouvriers de l’usine Mapei à Laval, en grève depuis le 4 mai 2012.

Ligne de piquetage dure ce matin à l’usine Mapei.

Ligne de piquetage dure ce matin à l’usine Mapei.

Spécialisé dans la production de colles et de produits chimiques pour le bâtiment, Mapei est une multinationale possédant 59 usines de production réparties dans plus de 28 pays.

Lire la suite

La traque aux derniers nazis relancée en Allemagne

« Tard, mais pas trop tard ». C’est par ce slogan qui s’affiche à partir de mardi 23 juillet dans les grandes villes allemandes que le Centre Simon-Wiesenthal relance une ultime campagne pour traquer les derniers criminels nazis, soixante-huit ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Les affiches montrent une photo en noir et blanc de l’entrée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, sous le titre « Opération dernière chance ».

Sans titre1

« Des millions d’innocents ont été assassinés par des criminels nazis. Quelques-uns des auteurs [de ces crimes] sont libres et en vie ! Aidez-nous à les faire comparaître devant la justice », peut-on y lire. Suit un numéro de téléphone. Une récompense allant jusqu’à 25 000 euros est promise pour toute information d’importance par l’ONG, qui établit notamment chaque année une liste des anciens bourreaux du Troisième Reich les plus recherchés.

Lire la suite

Violences à Rio en marge de la visite du pape

La police de Rio de Janeiro a violemment dispersé, lundi 22 juillet au soir, avec des lacrymogènes et des canons à eau des manifestants qui protestaient devant le palais Guanabara, le siège du gouvernement, en marge de la réunion du pape avec la présidente Dilma Rousseff. Un cocktail Molotov a été lancé en direction des forces de l’ordre. Au moins cinq manifestants ont été interpellés.

3451316_3_91b7_la-police-de-rio-janeiro-a-violemment-disperse_6f5046218f0b40b1efad6440d1aa1764

Les manifestants rassemblées à l’appel du groupe Anonymous de Rio dénonçaient les quelque 40 millions d’euros d’argent public dépensés pour la visite du souverain pontife et les Journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ). Le pape était déjà parti en direction du centre d’étude de Sumaré dans les hauteurs de Rio où il est logé durant son séjour, quand les affrontements violents ont commencé. « Cela ne sert à rien de réprimer, ce gouvernement va chuter », criaient les manifestants en fuyant la police.

Lire la suite