La grève perdure à l’incinérateur de Bellegarde-sur-Valserine

title (2)

Le Sidefage a tenu ce jeudi soir son dernier comité syndical avant les vacances d’été. Dès le début de la séance, le président François Python a tenu à faire le point sur le conflit qui oppose depuis lundi l’exploitant SET Faucigny à ses employés.

Les grévistes et salariés de SET Faucigny, l’exploitant du Sidefage, refusent les nouveaux rythmes de travail que leur direction veut mettre en place en septembre, les jugeant néfastes pour leur vie sociale, et familiale. Ainsi que pour leur santé. Photo DL/J.B.

Les grévistes et salariés de SET Faucigny, l’exploitant du Sidefage, refusent les nouveaux rythmes de travail que leur direction veut mettre en place en septembre, les jugeant néfastes pour leur vie sociale, et familiale. Ainsi que pour leur santé. Photo DL/J.B.

Un désaccord sur le temps de travail (avec la mise en place à compter du 1 er septembre de 7 équipes de 3 employés) a conduit à un mouvement de grève et à l’arrêt de l’usine d’incinération. Le Sidefage se tient informé de l’évolution de ce conflit mais ne prendra pas position dans le désaccord qui oppose les deux parties.

« Chaque partie fera des concessions »

Quant au directeur du syndicat Alain de Barros, il précise que le nouveau cahier des charges demandé à l’exploitant est bien différent de celui qui avait été établi 15 ans auparavant, et qui faisait la part belle à la construction et à l’incinération.

Désormais le niveau exigé lors du dernier appel d’offres répond à d’autres obligations, notamment en matière maintenance et d’entretien du site. Tout cela a conduit SET Faucigny à se réorganiser en passant de 5 équipes de 4 employés à 7 équipes de 3.

Cette exigence a également constitué un plus dans le choix du Sidefage vis-à-vis de la concurrence pour l’attribution du marché. Le directeur s’est employé à faire part de ses observations aux grévistes qui mettent en avant un changement dans leur rythme de vie.

Ce différent social qui perdure depuis quatre jours, a conduit les responsables du Sidefage à orienter une grosse partie des déchets de la Haute-Savoie sur l’usine d’incinération de Passy.

L’organisation de la collecte des encombrants a été également impactée et a conduit les collectivités à diriger ces derniers sur Saint-Genis-Pouilly. « La situation pour les encombrants devrait revenir à la normale en début de semaine prochaine », indique Alain de Barros.

Il souligne également que ce conflit se déroule dans un climat apaisé et espère que chaque partie fera des concessions pour régler au mieux cette grève qui impacte directement le fonctionnement de l’usine. Mais pour le moment, il n’y a aucune entente entre les salariés de SET Faucigny et leurs patrons. La grève continue donc à l’incinérateur de Bellegarde. Et d’ici quelques jours, si rien ne bouge, la question des limites de stockage des déchets commencera de se poser.

Le président a fait également état de l’avancement des travaux sur le traitement des mâchefers dans le cadre de la charte CSA 3 D, coopération du sillon alpin pour le développement durable des déchets. Un nouveau procédé “inerte” faisant appel à la vitrification et la création d’un prototype pourraient permettre de recycler plus facilement les mâchefers et de lever les contraintes observées jusqu’alors.

title

http://www.ledauphine.com/ain/2013/07/12/la-greve-perdure-a-l-incinerateur#jimage=C3413782-79ED-4345-8173-3321F6A447C5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s