N’avalons pas la bière jaune d’AB InBev !

dontbuylabatts

Nous sommes sans doute nombreux (et nombreuses) par ces belles journées estivales, à apprécier une petite bière, à la pression ou en bouteille.

Mais pour les employés de la Brasserie Labatt à Saint-Jean dans la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador, sa transparence fraîche et dorée est en train de virer au jaune vomi…

La négociation du renouvellement de leur convention collective a été l’occasion pour leur direction de réclamer des concessions salariales et l’abandon de certains avantages acquis. Inacceptables pour leur syndicat NAPE-NUPGE… les employés sont en grève depuis le 10 avril.

Labatt, filiale de la multinationale belgo-brésilienne, AB InBev, a fait appel à des jaunes, briseurs de grève, pour contrer ses employés loyaux, et a même eu le culot de leur demander de les former avant de partir en grève.

Si AB InBev, une multinationale extrêmement profitable, cherche de cette façon à grappiller quelques sous supplémentaires pour ses actionnaires, que peut-on attendre lors des négociations avec les syndicats de ses autres filiales autour du monde ?

Les travailleurs, membres de l’Association des Employés du Public et du Privé de Terre-Neuve et du Labrador (NAPE/NUPGE) nous sollicitent pour envoyer des messages de protestation en solidarité avec leur mouvement qui promet d’être la première tranchée creusée dans une guerre mondiale pour la défense des intérêts des travailleurs de l’industrie brassicole.

La Campagne :

Des milliards de bénéfs, coupes sombres pour les travailleurs, bière jaune pour les Terre-neuviens et Labradoriens :

LabattUn conflit se déroule dans la ville canadienne de Saint-Jean, Terre Neuve et Labrador, un front stratégique pour imposer des conditions d’emploi uniformes dans l’industrie brassicole mondiale.

D’un côté, la division canadienne de la plus grande et très profitable multinationale de la brasserie Anheuser-Busch InBev (AB InBev), la Brasserie Labatt. De l’autre, un des syndicats locaux les plus petits et vulnérables dans ce qui semble être une tentative d’obtenir des concessions et des renoncements aux avantages acquis afin de les imposer par la suite à tous les travailleurs syndiques autour du monde.

Les travailleurs, membres de l’Association des Employés du Public et du Privé de Terre-Neuve et du Labrador (NAPE/NUPGE) sont en grève depuis le 10 avril. Avant d’être en mesure d’exercer leur droit de grève, la compagnie a tenté de les obliger à former des jaunes à faire leur travail.

AB InBev et ses actionnaires se réjouissent des bénéfices engrangés grâce à la loyauté et au savoir-faire des travailleurs autour de la planète, tout comme ceux de Saint-Jean. Mais si la multinationale se considère dans son droit de leur réclamer des concessions afin de gagner une petite contribution supplémentaire à ses profits gigantesques, qu’est-ce qui l’empêchera d’exiger des concessions identiques aux autres ouvriers autour du monde ?

Merci d’écrire à AB InBev en exigeant que la compagnie traite ses employés et leurs communautés avec équité et respect :

Des milliards de bénéfs, coupes sombres pour les travailleurs, bière jaune pour les Terre-neuviens et Labradoriens

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s