Egypte, 2 juillet, 8 h 45: Une immense fête toute la nuit, les Frères Musulmans résistent

Toute la nuit, ça a été une immense fête pacifique place Tahrir et devant le palais présidentiel Ittahidiya à Héliopolis lointaine banlieue du Caire. Parmi les chants et les slogans, un qui peut être significatif, après les « A bas Morsi » c’est « A bas les moutons » visant les Frères Musulmans mais aussi, à travers ça, les anifestants affirment qu’ils ne seront plus jamais les moutons de qui que ce soit,
religieux ou militaires.

Une fille est née cette nuit place Tahrir, baptisée Tamarod. A Luxor, Kafr el Sheikh et Mahalla, les manifestants ont anticipé l’appel à la désobéissance civile pour aujourd’hui 17 H, en assiègeant les gouvernorats. A Kafr el Sheikh, ils auraient pris le bâtiment du gouvernorat. A Sharqiya, les habitants d’un immeuble ont chassé du bâtiment les Frères Musulmans.


Ce matin, une déclaration de la présidence égyptienne a rejeté l’ultimatum de l’armée et celui du peuple au nom de la légitimité électorale. Une autre déclaration de la présidence a appuyé ce rejet par le fait qu’Obama aurait téléphoné cette nuit à Morsi pour lui dire son soutien. La Maison Blanche dit qu’Obama a affectivement téléphoné à Morsi mais pour seulement dire son « inquiétude ». Pour les égyptiens Obama a choisi son camp, il soutient Alqaida, le Jihad islamique , le Hamas et la Jamaa Islamya…

Les islamistes et les Frères Musulmans ont décidé de se battre car ils craignent qu’ils soient les boucs émissaires de la prochaine période; les anciens moubarakistes voulant se venger, les anciens de la police et l’armée aussi, et surtout la population les hait comme jamais aucun régime n’a été haï. Les commerçants islamistes craignent pour leurs magasins, déjà quelques-uns ont été pillés, d’autres pour leurs maisons ou voitures, leur vie tout simplement.

Certains dirigeants des Frères Musulmans ont fui le pays. Le parti salafiste Al Nour a déclaré qu’il se prononçait pour un gouvernement technique préparant des élections présidentielles anticipées. Sûrement en 1356 ! Les chefs de la police soutiennent l’ultimatum des militaires. 6 ministres ont démissionné du gouvernement( d’autres infos selon la Middle East News Agency disent 12 ministres et 3 gouverneurs).

Affrontements cette nuit à Giza entre la police et les Frères Musulmans. Quatre militants du Hamas qui tiraient sur la foule et lançaient des grenades depuis le siège national des Frères Musulmans à Moqattam ( Le Caire), auraient été lynché par la foule, qui, après avoir brûlé le bâtiment, l’occupent.

La situation à Assiut est peut-être emblématique de ce qui va se passer. C’est une ville de la Haute Egypte où il y a beaucoup de coptes, jusque là sous contrôle de la Jamaa al-Islamiya, une organisation terroriste islamiste qui soutient le gouvernement de Morsi. La ville vivait sous la terreur. Or dimanche 30 juin, il y a eu plus de 50 000 manifestants ( 5 fois plus que pour la chute de Moubarak) montrant un courage incroyable pas atteint au moment de la chute de Moubarak car la Jamaa al-Islamiya et les Frères Musulmans n’hésitent pas à tuer, ayant déjà fait plus de 1 000 morts sur les dernières années. Et lundi 1er juillet les manifestants étaient à nouveau des dizaines de milliers cette fois-ci à assiéger le siège des Frères Musulmans, d’où les Frères et les terroristes de la jamaa al-Islamiya tiraient sur la foule et la police qui avait pris position pour les manifestants qui criaient « Assiut dit aux terroristes que les chrétiens et les musulmans sont unis ». En fin de journée, le siège des Frères Musulmans était brûlé et détruit par les manifestants qui criaient « Victoire ». Bref ce n’est pas la police ou l’armée qui a vaincu c’est le courage populaire. Ce qui pourrait se passer sur tout le pays dès cet après midi.

En fait peu à peu émerge de tout cela une conscience, qui se dit, que la démocratie de la rue est plus importante, plus juste que la démocratie des bulletins de vote. Que c’est ça la révolution.

Par ailleurs on voit que les soutiens politiques de l’armée, en Egypte comme ailleurs, prennent prétexte d’un risque de chaos, guerre civile ou bain de sang, déjà avant le 30 juin, encore plus maintenant où les Frères Musulmans ont décidé de résister, pour demander , justifier une intervention de l’armée. A ce moment ils pourraient faire passer ça, non pas comme une interruption du processus démocratique électoral, mais comme une nécessité de force majeure, pour éviter le chaos né de l’opposition entre deux camps. Et Obama pourrait alors soutenir l’armée.

Plus il y a de sang, plus ça les arrange. En même temps, ils craignent aussi en ce cas une deuxième insurrection populaire qui les renverserait eux-aussi, l’armée se dissolvant dans l’insurrection.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s