Olin (Corbas) : 90 % des ouvriers en grève

Le Progrès, 22 juin 2013 :

Corbas (Rhône) : Le mouvement de grève illimitée a bien été suivi, hier, selon les syndicats CGT et CFDT. Les grévistes dénoncent, notamment, une réduction du nombre d’emplois, « les conditions de travail, les licenciements, pressions et sanctions ».

Ce vendredi matin, devant le portail de l’entreprise Olin (conception et fabrication de produits spécifiques d’étanchéité, d’isolation et de collage), avenue de l’Industrie à Corbas, les salariés sont en grève. Après concertation avec les salariés, les syndicats CGT et CFDT de l’entreprise ont lancé cet appel général à la grève illimitée interpellant la direction à entendre leur « ras-le-bol » en apportant des changements.

« Depuis le rachat de l’entreprise par son concurrent italien Isoltema, nous sommes très inquiets de la situation », expriment les délégués syndicaux qui s’interrogent sur ce qu’on leur cache. « Y a-t-il une délocalisation envisagée de l’entreprise et de celle de Saint-Pierre-de-Chandieu ? Visiblement on compresse les emplois : nous étions 133 salariés il y a un an, autour d’une centaine désormais après deux plans sociaux, neuf licenciements en 2012, neuf en 2013. On nous demande de compenser ces départs sur nos postes, sur nos horaires, qui sont modifiés à notre désavantage, tout comme les congés annuels déplacés au dernier moment malgré un accord ».

Et de poursuivre : « Mais jamais nous n’avions subi autant de harcèlement : mise à pied de délégués, avertissements et recherche de fautes graves, que nous attribuons à une politique délibérée pour forcer les licenciements ou les départs. Constat est fait d’une inadaptation totale du service des Ressources humaines, ce qui engendre confusion et insécurité au quotidien ». Le délégué du personnel et élu au Comité d’hygiène et sécurité (CHSCT), Kamel Mansour, insiste sur les « pressions » qu’il subit dans le cadre de son mandat. « Certains salariés vont au travail la peur au ventre comme cet ouvrier qui après 33 ans d’entreprise a reçu lui aussi son premier avertissement… »

Selon les syndicats, 90 % des ouvriers étaient en grève et 20 % des agents de maîtrise. Les grévistes présentent trois pages de revendications qui portent sur « l’emploi, les licenciements et recrutements d’intérimaires en parallèle, les salaires et l’exigence de l’arrêt des sanctions (abusives), pressions et intimidations, ainsi que le respect des personnes et l’amélioration des conditions de travail ».

Les salariés rappellent qu’ils aiment leur entreprise (plus de cinquante ans d’existence) et attendent des réponses de la direction pour reprendre confiance.

À 10 heures, le président-directeur général descendait à la rencontre des grévistes. Il n’a pas souhaité s’exprimer mais disait vouloir entamer un dialogue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s