Bilan de la lutte victorieuse des salariés de Faurecia automotive composite Theillay

Le groupe Faurécia a repris le site de SOTIRA, à Theillay, le 13 juillet 2012 et dès la reprise la Cgt a annoncé que c’était pour offrir un site de reclassement aux salariés de Peugeot Aulnay (PSA). D’ailleurs quelques jours après, il était proposé 40 postes aux salariés de Aulnay pour venir à Theillay.

faurecia1

Dès la rentrée de septembre, la direction de Laval qui gère Theillay, a annoncé sa volonté de revoir tous les accords du site en lien avec ceux de Saint Méloir où la CGT est présente; faisant qu’au niveau du groupe elle est majoritaire… Il s’est avéré que Theillay était toujours régi par les accords MATRA au dessus de la convention collective de la métallurgie et que Saint Méloir eux étaient au plancher de la convention.

La Direction a de suite mis les deux sites en opposition en proposant de revaloriser le site de St Méloir et une remise à plat de ceux de Theillay au Comité Centrale d’Entreprise (CCE) en Novembre.

Dans les mêmes moments le site générait des pertes mensuelles importantes, dues aux nombreux rebuts et à la non qualité provoqués par la vétusté des machines. A ce sujet, la CGT propose que Faurecia investisse pour arrêter ce processus. De plus, inquiétudes aussi sur les carnets de commande en berne ou sur des projets de marchés…

Dès le mois de janvier 2013, les pouvoirs publics par le Préfet et les élus locaux ont mis la pression sur les militants CGT du site de Theillay en leur signifiant qu’ils n’avaient pas d’autre alternative que de signer les accords du groupe Faurecia et cela par la voix du sous préfet le 19 février.

Les camarades, qui négociaient, ont toujours informé les salariés de la teneur des négociations qui se situait dans la même ligne que le contenu de l’accord national interprofessionnel (ANI) qui va prochainement s’appliquer hélas.

Dans les mois qui ont suivi, la pression s’est faite de plus en plus forte sur les délégués.

Ces derniers ont, par tracts et passages dans les ateliers du site, illustré les propositions indécentes de la direction. Ces accords, s’ils étaient appliqués, provoqueraient une baisse des revenus des salariés de 50 à 300€ en fonction des postes occupés et cela en faisant plus d’heures par semaine.

A la Commission Exécutive (CE) du syndicat du 21 mai, le syndicat a décidé de préparer les salariés au passage de la direction dans les ateliers le 24 mai pour justifier la nécessité de cet accord.

Quand la direction a organisé, le 24/05, des réunions de groupe de salariés, elle s’est fait prendre fortement à partie par ceux ci.

Dès le 25/05, les salariés avec les militants CGT ont évoqué la nécessité de se mobiliser pour refuser les propositions de la direction.

Le lundi 27 mai à 5h, l’équipe du matin à décidé de se mettre en grève et a été suivie par les autres équipes.

De 75 à 85% de la production était en grève et 30% des autres services.

Tous les jours, la mobilisation s’est intensifiée.

Dans le même temps les délégués étaient conviés à négocier à Laval. Ils avaient proposé que la direction vienne sur le site de Theillay, ils ont toujours refusé.
Ils sont montés négocier le mardi 28/05 et ont du y retourner le 29/05; 4h de route pour aller à Laval et autant pour revenir.

Faurecia2

Des conditions de négociation inacceptables.

Sur le site de Theillay, la direction dénigrait les représentants CGT en annonçant qu’ils étaient « nuls », qu’ils ne négociaient pas dans l’intérêt des salariés.

Malgré cela, la confiance des salariés n’a jamais baissé envers les délégués CGT.

Le jeudi 30 mai, la DIRECCTE et la préfecture sont intervenues pour organiser une réunion à la sous préfecture de Romorantin, avec des influences douteuses, entre la direction de Laval et la Cgt de Theillay qui a invité des salariés à participer.

Les services de l’État ont joué dans cette période un rôle qui n’était pas neutre, puisqu’ils appuyaient les propositions de Faurecia et dénigraient le positionnement de la CGT. La négociation, après 6 h de réunion, n’a rien donné. Puisque Faurecia ne voulait rien lâcher et qu’il s’agissait de peser sur les délégués pour qu’ils signent.

Le Vendredi 31 mai dans la matinée la DIRECCTE est une nouvelle fois intervenue, pour organiser un vote des salariés sur le site, avec comme question : Pour ou Contre le projet de Faurecia.

Après de nombreuses manipulations, de la DIRECCTE et de Faurecia (jusqu’au niveau national) le vote a été clôturé à 20 h et il était sans appel : 183 votants – 40 Pour – 140 Contre.

De suite l’annonce de retrait du projet de la direction a été faite.

Le lundi 3 juin, alors que les salariés étaient toujours mobilisés; la direction a décidé de retiré totalement son projet et un protocole de fin de conflit a été signé à Theillay par la direction de Laval.

Il s’agit d’un grand succès pour les salariés de Faurecia Theillay !

Militants CGT du Loir-et-Cher

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s