Archives quotidiennes : 15/06/2013

Photos de la manifestation des travailleurs de la santé et du social à Paris

Ce samedi 15 juin, 8.000 travailleuses et travailleurs de la santé et du social ont manifesté dans les rues de Paris contre les politiques d’austérité. Dans tous les hôpitaux, établissements et services sociaux ou médico-sociaux, du public comme du privé, des milliers et des milliers de postes sont supprimés, les salaires sont gelés, les conditions de travail se dégradent, les salaires gelés, les conventions collectives et autres droits attaqués… Au-delà des conséquences dramatiques pour les travailleurs, ces politiques d’austérité affectent bien entendu toute la population, comme avec la fermeture programmée de l’Hôtel Dieu à Paris ou de la maternité des Lilas, où les salariés se battent contre la fermeture de leurs établissements.

100_8325

Cette manifestation du 15 juin, à l’appel des fédération CGT et SUD, a permis aux travailleuses et travailleurs venus des quatre coins du pays de venir crier leur ras-le-bol dans les rues de la capitale. Mais ça ne doit être qu’un début ; ce sont des luttes dures et massives qui sont devant nous pour faire reculer le gouvernement et ses politiques d’austérité.

Photos de la manifestation :

100_8271

Lire la suite

Publicités

Le fascisme tue. Ensemble, combattons-le !

Communiqué de l’Action Antifasciste Paris-Banlieue. 

Appel unitaire :

400s

Le 5 juin, des militants d’extrême-droite ont tué Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste. Ce meurtre nous indigne et nous révolte ; il s’inscrit dans la suite de très nombreuses agressions commises par des groupes d’extrême-droite ces derniers mois. La situation exige des actes forts, permettant de mettre un coup d’arrêt à la propagation de ces idées et pratiques nauséabondes.

Lire la suite

La crise des transports enflamme São Paulo

Le Journal International, 15 juin 2013 :

À São Paulo, capitale économique du Brésil, la contestation contre l’augmentation des tarifs de bus n’a jamais été aussi importante. Celle-ci est violemment réprimée et de nombreux journalistes ont été blessés. La police spéciale a été envoyée lutter contre les manifestants.

Jeudi 13 juin, le ministre brésilien de la Justice a affirmé que « dans un État de droit, la manifestation est légitime, l’expression populaire est légitime, mais ne sont pas légitimes les actes de violence et de vandalisme ». La quatrième manifestation contre l’augmentation des tarifs des transports publics à São Paulo est clairement une réponse aux critiques des grands journaux, des gouvernements municipaux, régionaux et du gouvernement fédéral.

Lors de la formation du cortège, peu avant le départ de la manifestation, l’ambiance était pacifique malgré les nombreux contrôles effectués par la police. Celle-ci arrêtait tous détenteurs d’objets suspects, notamment du vinaigre. Au Brésil, il sert de protection contre les effets du gaz lacrymogène. Ces contrôles systématiques ont eu pour conséquence de laisser les manifestants sans défense contre les actions de la police. Au matin du même jour, le lieutenant-colonel de la police militaire et commandant des opérations a affirmé qu’il ne laisserait pas les manifestants « en paix ».

Lire la suite

Bosnie : « Banja Luka-Sarajevo, même combat ! »

BH Infos, 15 juin 2013 :

Environ 10.000 personnes ont manifesté mardi devant le Parlement à Sarajevo pour protester contre l’inaction et le manque de volonté des autorités de gouverner le pays de manière efficace. Cette manifestation anti-gouvernementale pacifique est une première de cette ampleur depuis 1992 lorsque les citoyens de Bosnie-Herzégovine, sortis dans la rue pour s’opposer à la guerre, étaient chassés par les premiers tirs de snipers.

C’est aussi la première manifestation qui se veut citoyenne, sans connotation ethnique, dans ce pays resté profondément divisé entre Bosniaques, Croates et Serbes depuis la fin du conflit en 1995. « A bas le nationalisme, vive la Bosnie-Herzégovine citoyenne », « Banja Luka-Sarajevo, le même combat », les slogans brandis fièrement en cyrillique et en latin de cette mini révolution se propagent progressivement depuis Sarajevo sur l’ensemble du pays. Malgré les interdictions des autorités de Republika Srpska, des milliers d’étudiants, de retraités et d’anciens combattants de Banja Luka ont manifesté mercredi. Après Banja Luka, le mouvement a également touché Mostar, Tuzla, Zenica, Prijedor et Brcko.

Lire la suite