Les salariés de Vetrotech Condren vers une grève de la faim

CHAUNY (Aisne). Hier après-midi, la dizaine de salariés grévistes de Vetrotech Condren a voulu marquer le coup. Ils annoncent une grève de la faim à partir de lundi si rien ne bouge.

VEN@CHY@P01@GREVE.jpg

Ils ne sont qu’une petite dizaine et pourtant ils paralysent toute une entreprise. Depuis mardi, les employés du secteur découpe et façonnage de Vetrotech Condren sont en grève.

Le petit groupe revendique une hausse de salaire de 2, 5 % (avec une marge de négociation), mais, selon eux, la direction ne souhaite faire aucun effort. « Visiblement, l’entreprise est revenue à l’équilibre, c’est donc que nous avons bien travaillé. Aujourd’hui, nous ne sommes pas considérés à notre juste valeur et la direction demande que nous reprenions le travail avant toute négociation. Pour nous c’est non », indiquent les grévistes.

Grève de la faim

En fait, la direction ne souhaiterait pas augmenter une seule partie des salariés. « Elle a proposé 0, 2 % pour tout le monde mais ce n’est pas assez. Y en a marre de suer et de devoir dire à nos enfants à la fin du mois que pour un paquet de gâteaux, il faudra attendre le mois d’après. En plus nous sommes passés de 100 à 200 découpes par jour et par poste, ce qui est énorme. Résultats ? Nous ne sommes pas payés en retour. »

Le mouvement est parti spontanément sans l’encouragement des syndicats. « Nous soutenons évidemment l’action mais les travailleurs ont décidé de se mettre en grève car ils en ont assez que les patrons se gavent sur leurs dos, explique Freddy Camus, secrétaire CGT au comité d’entreprise, avant d’ajouter : nous sommes une filiale de Saint-Gobain dans la branche glass solutions et si Saint-Gobain se porte aussi bien en bourse c’est grâce à nous. » Les grévistes sont d’autant plus en colère que la direction aurait tenté de monter les salariés les uns contre les autres.

« Vu que notre secteur est stratégique, nous stoppons toute la production. Mais le patron n’a pas à dire que ce sera de notre faute si la boîte ferme… De toute façon, quitte à y laisser des plumes autant aller au bout. »
Pour ces hommes, aller au bout c’est entamer une grève de la faim dès lundi, à l’intérieur de l’entreprise. « Pour l’instant aucune discussion n’est possible avec la direction. Nous ne reculerons pas et sommes prêts à nous battre. La grève ne sera pas levée. »

Dès le début de semaine prochaine, les commandes pourraient être difficiles à honorer et ce, même si la société fait découper du verre dans d’autres entités du groupe. « Nous savons qu’ils font découper ailleurs mais de toute façon, il est hors de question que les camions entrent dans l’usine. Nous avons les moyens de tenir… »

Une visite des dirigeants du groupe devrait intervenir aujourd’hui.
La situation pourrait peut-être se débloquer. La direction devra visiblement faire un pas vers les salariés, si elle ne veut pas compter parmi ses employés une dizaine de grévistes de la faim lundi matin.

http://www.lunion.presse.fr/article/aisne/les-salaries-de-vetrotech-condren-vers-une-greve-de-la-faim

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s